Algeria

Algérie - Rapport national sur les enfants non scolarisés

Sources
Posted
Originally published
Origin
View original

Attachments

Préface

Le droit à l’éducation est un droit pour lequel l’Algérie a déployé beaucoup d’efforts au fil des années. Le budget de l’éducation a été multiplié par dix depuis 1990 permettant une éducation gratuite à plus de 8 millions d’élèves répartis à travers prés de 23 000 établissements scolaires pour les cycles primaire et moyen.

Ainsi, le taux net de scolarisation des enfants âgés de 6 ans a dépassé 98% (9 points de plus qu’en 1990), une parfaite parité de participation garçon-fille pour la tranche d’âge de 6à 16 ans et une proportion toujours croissante d’une classe d’âge qui atteint le baccalauréat puis les études supérieures.

Néanmoins et malgré ces importants acquis, des défis restent à relever notamment ceux liés à la violence en milieu scolaire ou encore à la déperdition scolaire. Cette dernière est devenue inquiétante à la lumière d’une tendance, en apparence croissante, liée à l’abandon de l’école par les enfants avant d’atteindre l’âge de 16 ans et plus particulièrement les garçons.

C’est dans cette optique que l’Algérie a pris part à l’initiative régionale développée par l’UNICEF afin d’identifier les profils des enfants déscolarisés en Algérie.
S’appuyant sur une approche systémique et exhaustive, le présent rapport, fournit des estimations de l’ampleur du phénomène de déperdition scolaire tout en identifiant les obstacles et goulots d’étranglement à la scolarisation. Il propose, en outre, des pistes et solutions pour l’insertion ou la réinsertion des enfants déscolarisés dans le système éducatif.

Le document présente d’importantes informations qui serviront de base de données pour assurer l’équité et améliorer l’efficacité et l’efficience du système éducatif algérien et permettre à chaque enfant d’acquérir une éducation de base et de qualité.

Les conclusions du présent rapport nous interpellent quant à la nécessité de coordonner nos actions et de mutualiser nos moyens pour réduire sensiblement l’ampleur du phénomène de déperdition scolaire et construire un système éducatif beaucoup plus inclusif.

Il échoit maintenant à nous tous de nous saisir des données et pistes offertes pour construire ensemble une stratégie nationale visant à donner à chaque enfant algérien les meilleures chances de réussite.

Noria Benghebrit Thomas Davin

Ministre de l’Education Nationale Représentant UNICEF Algérie