Algeria + 1 more

Algérie : Aide humanitaire aux réfugiés sahraouis

Source
Posted
Originally published

Attachments

Lieu de l'opération: ALGERIE
Montant de la décision: 10.000.000 EUR
Numéro de référence de la décision: ECHO/DZA/BUD/2006/02000

Exposé des motifs

1 - Justification, besoins et population cible :

1.1. - Justification :

La plupart des réfugiés sahraouis sont répartis depuis 30 ans dans quatre camps situés autour de Tindouf dans le Sud Ouest de l'Algérie. Cette population est largement dépendante de l'aide internationale.

Les besoins à la fois les plus importants et les plus permanents, auxquels répond cette décision, relèvent de l'alimentaire, de l'eau, de la santé et de l'éducation.

Dans une situation politique qui reste bloquée, l'objectif principal de cette décision est de satisfaire les besoins de base des réfugiés sahraouis.

Depuis 1975, le Maroc et le Front Polisario se disputent l'ancienne colonie espagnole du Sahara Occidental.

Un plan de règlement du conflit, adopté en 1991 par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, prévoyait qu'un référendum devrait permettre de trancher entre l'indépendance et l'intégration au Maroc. Ce plan ne progresse que très peu jusqu'en 1997, lorsque, sous l'impulsion de M. James Baker, envoyé spécial des Nations Unies pour le Sahara Occidental, les accords de Houston furent signés par le Royaume du Maroc et le Front POLISARIO. Ceux-ci permettent alors à la MINURSO (Mission des Nations Unies pour un Référendum au Sahara Occidental) de reprendre son travail d'identification des votants, qui était à l'arrêt depuis mai 1996.

Les années qui ont suivi n'ont pas permis de débloquer la situation. En l'absence d'accord sur la composition du corps électoral et face aux 130.000 recours, les Nations Unies ont proposé divers scenarii dont aucun n'a obtenu le consensus de l'ensemble des parties.

La dernière proposition Baker(1) repose sur l'accord cadre dont le contenu a été quelque peu modifié. Cette proposition Baker (plan James Baker II) est basée sur une large autonomie des sahraouis sous autorité marocaine, avec la tenue d'un référendum d'autodétermination après 4 ou 5 ans. Le Polisario a fini par accepter ce nouveau plan qui ne répond pas totalement à ses aspirations mais qui lui donne davantage de garanties que le plan précédent. Le Maroc l'a par contre refusé car il ne lui apporterait pas les garanties suffisantes pour lui assurer la souveraineté qu'il revendique sur le Sahara occidental. Il a cependant annoncé qu'il était prêt à discuter de ce plan mais reste réticent - voire opposé - à toute autodétermination qui pourrait compromettre sa souveraineté sur le Sahara Occidental. Le dernier rapport au conseil de sécurité, en date du 19 avril 2006, proposait de prolonger le mandat de la MINURSO jusqu'au 31 octobre 2006 soit dans l'optique d'un prolongement indéfini, soit dans celle d'un dialogue renouvelé direct entre le Front Polisario et le Maroc. La prolongation du mandat de la MINRUSO, jusqu'au 31 octobre 2006, a été décidée dans la résolution du Conseil de sécurité du 28 avril 2006.

Note

(1) Présentée le 23.05.03 dans le rapport général du SG des NU.