Algeria + 1 more

Algérie : Aide de première urgence aux réfugiés sahraouis victimes des inondations du 11 février 2006

Source
Posted
Originally published

Attachments

Lieu de l'opération: ALGERIE
Montant de la décision: 900.000 EUR
Numéro de référence de la décision: ECHO/DZA/BUD/2006/01000

Exposé des motifs

1 - Justification, besoins et population cible :

1.1. - Justification

Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le sud-ouest de l'Algérie les 9 et 10 février 2006 sont à l'origine des inondations et des coulées de boue qui, le 11 février 2006, ont causé des dégâts considérables dans les camps de réfugiés sahraouis de S'mara, Ousserd, Layoune et dans le complexe dit du 27 février. La stagnation des eaux et l'impraticabilité des pistes ont rendu l'accès aux camps difficile. Cinq décès ont été enregistrés, ainsi que des dizaines de cas de blessures légères. 50 % des maisons en terre ont été détruites et 25 % sérieusement endommagées, sur le point de s'effondrer. De nombreuses infrastructures publiques telles que les écoles, les centres de santé et les hôpitaux, ne sont plus en mesure de fonctionner.

Dans un appel à la communauté internationale lancée le 12 février 2006, le Croissant Rouge sahraoui (CRS) faisait état de plus de 12.000 familles, entre 50.000 et 60.000 personnes, sans abris. Les sinistrés ont également perdu leurs biens ainsi que leurs stocks alimentaires. Les petits magasins au niveau des camps ont été aussi fortement endommagés.

Une unité de l'armée algérienne, conduite par le chef d'état majeur, est intervenue dès dimanche 12 février en apportant notamment des produits alimentaires et des tentes militaires, ainsi qu'une aide médicale. Des unités de la protection civile algérienne ont été également dépêchées sur les lieux en fin de journée du 12 février.

Un assistant de programme de la Direction Générale pour l'Aide Humanitaire de la Commission européenne (DG ECHO) se trouve sur les lieux depuis samedi soir 11 février.

1.2. - Besoins identifiés

Situation alimentaire

Une grande partie de la population réfugiée a perdu ses propres stocks alimentaires. De nombreux petits magasins ont été détruits, ainsi que le marché local au camp 27 février. Par contre, les entrepôts de Rabouni, où est stockée l'aide alimentaire distribué mensuellement aux réfugiés, y compris le stock de sécurité financé par la Commission européenne, n'a pas subi de dégâts considérables. Afin de compenser les pertes subies par la population réfugiée, le Programme Alimentaire Mondiale (PAM) envisage la distribution d'urgence d'un panier alimentaire de base pour 60.000 bénéficiaires, une opération dont le coût est estimé à environ 500.000 EUR.

Abris temporaires, couvertures, matelas, bâches plastiques

La plupart des abris habités par les réfugiés sahraouis sont des structures en argile. D'après un rapport établi le 12 février par la cellule d'urgence mise en place à Tindouf(1), dans les camps frappés par les inondations, jusqu'à 90% des structures existantes pourraient s'effondrer. Le besoin en tentes est estimé à 12.000 unités, dont une partie - 7.000 unités, mais le chiffre n'est pas confirmé - aurait été déjà fournie par le Ministère algérien de la Solidarité. Le HCR prévoit la distribution de 2.000 unités à partir d'un stock existant en Jordanie.

Un besoin en couvertures, matelas et bâches plastique est ressenti pour l'ensemble des 12.000 familles sans abri. Le HCR estime qu'il y a besoin de fournir 20.000 bâches en plastique, 40.000 matelas, et 40.000 couvertures.

Eau et assainissement

La situation semble être sous contrôle à l'état actuel, bien que la destruction des latrines et la stagnation des eaux au niveau des camps représente un danger potentiel pour la propagation de maladies épidémiques. Une évaluation conduite par les services hydrauliques algérien et sahraoui est en cours pour vérifier l'état des eaux. La capacité des camions citernes à assurer la distribution de l'eau est fonction de la difficulté d'accéder aux camps, mais ceci ne semble pas être un problème majeur à l'état actuel.

Le HCR estime qu'il y a besoin de fournir 20.000 jerricanes pour le stockage de l'eau pour les familles sans abri. La Coopération Espagnole aurait l'intention d'apporter une aide pour couvrir ce besoin.

Santé

L'inaccessibilité des centres de santé et hôpitaux a été constatée par le HCR, qui continue à évaluer la situation et les besoins. Les personnes souffrantes de maladies chroniques ne sont pas prises en charge.

1.3. - Population cible et régions concernées

Entre 50.000 et 60.000 réfugiés dans les camps de S'mara, Ousserd, Layoune et dans le complexe dit 27 février, au sud-ouest de l'Algérie.

1.4. - Evaluation des risques et contraintes éventuelles

L'accès aux lieux sinistrés et aux populations affectées ne pose pas de contrainte particulière, mais les prévisions météorologiques pour les prochains jours ne sont pas favorables.

En ce qui concerne la fourniture d'aide alimentaire d'urgence, il ne devrait pas y avoir de problème particulier dans la mesure où, à titre exceptionnel, un emprunt serait autorisé, sur demande du PAM, qui s'engage à le rembourser, sur le stock de sécurité qui n'a pas subi de dégâts.

En ce qui concerne la fourniture de tentes, bâches plastiques, matelas, couvertures et jerricanes, le HCR devrait avoir la capacité opérationnelle et logistique pour mobiliser rapidement les quantités nécessaires.

Un monitoring des distributions aux bénéficiaires et un rapport détaillé seront exigés des partenaires.

Note

(1) Cellule à laquelle participent des représentants du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), du PAM, du Croissant Rouge Algérien (CRA), de l'Agence Espagnole de Coopération, ainsi qu'un assistant de programme de la DG ECHO pour la Commission européenne.