Cameroon + 1 more

TCHAD/CAMEROUN – COORDINATEUR.TRICE LOGISTIQUE – N’DJAMÉNA

Organization
Posted
Closing date

Date de prise de fonction souhaitée : 07/04/2020

Durée de la mission : 12 mois

Localisation : N’Djaména

QUE FAISONS NOUS…

Au Tchad, SI développe depuis 2008 des projets dans les secteurs de la Sécurité Alimentaire et Moyens d’Existence (SAME) et de l’Eau, Hygiène et Assainissement (EHA).

Depuis 2018, SI intervient dans les régions du Logone-Oriental et du Batha dans les secteurs de la SAME, EHA, Abris, NFI et résilience communautaire.

Région du Batha (zone agropastorale rurale de la bande sahélienne, structurellement affectée par l’insécurité alimentaire et nutritionnelle). Réponse de SI en cours dans le cadre d’un projet ECHO et de deux projets PAM : réponse d’urgence soudure et amélioration de la résilience des populations

Région du Logone-Oriental : Crise de réfugiés et retournés de RCA augmentant également la pression sur les populations hôtes. Les besoins (y compris d’ailleurs ceux des populations locales très pauvres) présentent de nombreux points communs avec ceux des populations que SI soutient dans le Batha. Projet DIZA en cours de mise en œuvre : Cash ; CfW ; renforcement des moyens d’existence. Réponse d’urgence EHA finalisée. Développement d’un projet Wash in Health avec Mentor Initiative

Bassin du Lac Tchad : Veille contextuelle afin de pouvoir identifier des possibilités de positionnement sur cette crise (2020+)

Au Cameroun, Solidarités International (SI) intervient au Cameroun depuis juin 2014, suite à l’éclatement de la crise centrafricaine qui a entrainé de nombreux mouvements de populations. A ce jour, plus de 230 000 réfugiés centrafricains sont encore présents dans le pays. La majorité de ces populations est installée dans des sites d’accueil le long de la frontière dans les régions de l’Est, de l’Adamaoua et du Nord

SI a 3 bases opérationnelles :

Garoua Boulai à l’Est ouverte en 2014, avec une réponse de SI Sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations réfugiées et hôtes des régions Est et Adamaoua, projet financé par l’Union Européenne. SI appui également les réfugiés du camp de Gado en renforçant leur moyens d’existence, ce projet est financé par ECHO.

Makary et Mokolo à l’Extrême-Nord ouvertes en 2017 où SI mène un projet de sécurité alimentaire et moyens d’existence avec un volet cash transfert, un projet de mise en œuvre d’une système d’alerte précoce financé par ECHO et un projet résilient financé par l’UE qui se traduit par une réponse intégrée EHA- développement agricole et opportunités économiques pour lutter contre l’insécurité alimentaires et nutritionnelle.

DESCRIPTIF DU POSTE

Le poste coordinateur logistique sera sur les deux missions Tchad et Cameroun qui auront fusionné en avril 2020, avec un temps de présence d’environ 75% au Tchad et 25% au Cameroun.

La projection de la mission de SI au Tchad et au Cameroun en 2020 est un budget annuel d’environ 4,5M d’Euros ; d’environ 20 expatriés et 140 personnels nationaux. En plus du bureau de coordination partagé entre N’Djaména et Yaoundé, la mission de SI dispose de 5 bases opérationnelles : 2 bases au Tchad et 3 au Cameroun (+ un bureau de représentation à Maroua).

La coordination sera composée d’un DP, d’une adjoint DP au programme, de deux coordinateurs programmes, d’un grants, d’un Coo Log et d’un CAF.

  • Objectif général du poste

Le coordinateur logistique pilote et encadre les activités logistiques de la mission afin d’assurer le bon déroulement des programmes de SI au Cameroun.

Il assure la mise en place des procédures et outils logistiques de SI sur la mission et veille à leur respect, leur compréhension et à leur bonne utilisation.

Il participe à la définition de la stratégie SI sur la mission, à la rédaction des projets et au dimensionnement des moyens logistiques nécessaires aux activités de SI.

Il appuie Directrice Pays dans la gestion passive et opérationnelle de la sécurité.

Il est le référent sur la mission et le lien entre le siège et la mission pour toute question en rapport avec la logistique.

  • Enjeux et défis spécifiques

La structuration de la nouvelle mission fusionnée (répartition des rôles & responsabilités, schémas de communication, accompagnement à distance des adjoints et des logisticien base, visites base, organisation de workshop)

Le management et la formation des équipes logistiques

Une proactivité sur les multiples échéances bailleurs de reporting

La mobilité entre deux pays (Tchad et Cameroun) et sur les 5 bases de la mission fusionnée.

  • Priorités pour les 2-3 premiers mois

Ajustement au besoin de l’organigramme LOG de la mission « fusionnée » ;

Connaissances des contextes des deux pays (visite capitale & bases des deux pays) ;

Mise en place et monitoring des schémas de com inter-pays & capitale/bases (CMR & Tchad) ;

Visites terrain (CMR & Tchad).

VOTRE PROFIL

Diplôme universitaire de niveau minimum BAC + 3 dans le domaine de la logistique

Au minimum 4 ans d’expérience professionnelle dont 2 expériences probantes sur un poste de coordinateur logistique

Compétences et connaissances techniques :

Compétences en matière d’organisation, planification et de priorisation, capacité à gérer plusieurs choses en même temps et capacité à structurer le travail au sein d’une équipe

  • Bonne maîtrise des programmes informatique Word, Excel, Power Point, Outlook etc. Une bonne dextérité sur Excel est indispensable
  • Qualités managériales, et en particulier compétences en gestion d’équipes, soutien technique à
  • Compétences en management, avec un intérêt pour la formation / et renforcement des capacités des équipes nationales et expatriées
  • Goût pour le travail en équipe
  • Grosse capacité de travail et résistance au stress
  • Disponibilité, flexibilité, autonomie
  • Fortes capacités d’adaptation
  • Connaissances des thématiques et des outils spécifiques SI fortement appréciées
  • Connaissance des contextes du Tchad et du Cameroun apprécié

Langues

Français courant

Anglais courant (lien avec une équipe anglophone / relation avec certains bailleurs anglo-saxons : DFID, OFDA, etc) ;

SI VOUS OFFRIRA LES CONDITIONS SUIVANTES

Poste salarié : à partir de 2 640 euros brut par mois, selon expérience, (2 400 euros de salaire de base + 10% de prime de congés payés) Per Diem mensuel de 563 euros.
SI prend également en charge les frais d’hébergement ainsi que les frais de déplacements entre le pays d’origine de l’expatrié et le lieu de mission.

Couverture sociale : L’expatrié(e) bénéficie d’une couverture sociale de qualité permettant de couvrir tous les frais de santé et d’une prévoyance accident incluant les risques de guerre.

En cours de mission, une alternance travail – repos est assurée par des breaks prévus tous les trois mois. La politique de break vient d’être modifiée : désormais Solidarités vous offre tous les trois mois un repos de 7 jours ouvrés ainsi qu’une allocation de 850 USD. A ces repos réguliers, Solidarités ajoute un jour de repos additionnel par mois travaillé. Ces jours ainsi que les breaks sont offerts par SI et ne sont pas décomptés des congés payés versés tous les mois avec votre salaire.

CONDITIONS DE VIE :

A N’Djamena, les températures sont relativement élevées la majorité de l’année mais atténuées par le vent du Nord et une faible humidité, ce qui rend le climat souvent plus supportable que dans certains pays tropicaux et équatoriaux. La nourriture est assez variée, en termes de légumes et fruits il est facile de trouver de tout en provenance du Cameroun voisin et du Sud du pays. De plus, la viande de bœuf et de chameau est particulièrement réputée et bon marché et peut se consommer sur le pouce à des prix dérisoires.

A N’Djamena il est possible de trouver des marchés « occidentaux » (Modern Market, AG, Le bon marché… en centre-ville, où se trouve la coordination) mais les produits importés sont chers.

La guest et le bureau sont dans le même immeuble. Chaque expatrié a une chambre privée avec salle de bain individuelle. La guest est très bien équipée (cuisine, Canal, internet) et l’immeuble dispose également d’une salle de sport, d’un restaurant et d’une piscine.

Les loisirs et sorties bien que limités sont accessibles et conviviaux, la sociabilité est aisée dans une communauté « de village » :

  • Sport : la plupart des sports collectifs sont praticables à travers le réseau humanitaire au sein des hôtels ou sur des lieux dédiés. La ville dispose également de terrains de tennis, piscines (hôtels), d’un centre équestre (de qualité !) et même d’un golf.
  • Bars/sorties : Quelques bars en centre-ville aux ambiances variées, leur nombre limité permet aussi une sociabilité et une intégration rapide. La programmation culturelle de l’Institut français est également appréciable.
  • Restaurants : plusieurs types de cuisine en centre-ville : française, pizzeria (la meilleure d’Afrique centrale dit-on), fast-food, sénégalaise, tchadienne, chinoise, africaine, syrienne, libanaise sans compter les innombrables sites de consommation de grillades de bœuf et de chameau … Les adresses, une fois connues, sont excellentes.
  • Excursions : quelques excursions possibles hors du centre-ville : ranch de Farcha, balade à dos de chameau au nord de la ville, pique-nique le long du fleuve Chari, village des potières… Pour les plus aventuriers (et selon le contexte sécuritaire) le pays compte deux parcs somptueux. Dans le Sud à Zakouma on admirera la faune et la flore des savanes et au Nord dans l’Ennedi les peintures rupestres au milieu d’un paysage sans pareil.

A Yaoundé, les températures min et max vont de 19 à 30°. La nourriture est assez variée, en termes de légumes il est facilement possible de trouver de l’avocat, de la tomate, arachide, des bananes plantains, igname, tomate… Au Cameroun on trouve principalement du poisson et du poulet. On trouve également du bœuf, des tripes, etc. Il est assez courant également de retrouver dans son assiette du « foufou ».

A Yaoundé il est possible de trouver des marchés « occidentaux » (par exemple Casino, Dovv, Centragel) dans le quartier de Bastos, où se trouve la coordination). En revanche les produits importés (par exemple le fromage) sont chers.

Les logements et bureaux sont généralement dans les mêmes enceintes. Chaque expatrié dispose de sa chambre privée. Les toilettes/salles de bain peuvent par contre être communes.

Il est assez facile de trouver de quoi décompresser le week-end et même pendant la semaine. La ville est grande et quasiment tout type d’activités peut être pratiqué :

Sport : il existe un parcours pour aller courir, tennis ; basket ; piscine ; salle de sport ; foot ; rugby…)

Parc : il existe un petit parc dans la ville, un espace naturel à l’extérieur de la ville, et d’autres site pour aller se promener.

Bars : Yaoundé est aussi une ville avec de nombreux bars et boites.

How to apply

Vous reconnaissez-vous dans cette description? Si oui, envoyez-nous votre CV et Lettre de Motivation en français via ce lien : https://emea3.recruitmentplatform.com/syndicated/private/syd_apply.cfm?id=PSRFK026203F3VBQB6G8N8NMW&nPostingTargetID=49610

Les candidatures contenant uniquement les CV ne seront pas considérées.

Solidarités International se réserve la possibilité de clore un recrutement avant la date d’échéance de l’annonce. Merci de votre compréhension.

Maintenant que vous avez démontré votre intérêt en étant courageusement allé au bout de cette annonce vous pouvez aller en découvrir plus sur Solidarités International (www.solidarites.org)!