RCA- RESPONSABLE PROGRAMME SAME (H/F)- KABO

Job
from Solidarités International
Closing date: 18 Jun 2018

Date de prise de fonction souhaitée : ASAP
Durée de la mission : 6 mois (prolongation possible selon financements)
Localisation : Bangui avec les déplacements à Kabo

QUE FAISONS NOUS EN RCA ?

Solidarités International œuvre en République Centrafricaine depuis 2007, avec des programmes humanitaires et de relève, au profit des populations les plus vulnérables. Au cours des dix dernières années, Solidarités International a travaillé dans les sous-préfectures de Kabo, Kaga Bandoro, Bozoum, Boali, Bossembélé et Ndélé. En 2017, Solidarités International est intervenu dans les sous-préfectures de Kabo et de Kaga-Bandoro, avec des projets de relance agricole et économique, d’appui à la construction/reconstruction d’abris, et d’amélioration de l’accès à l’eau potable. Solidarités International est depuis 2014 un partenaire du Mécanisme de Réponse Rapide, un projet piloté par UNICEF qui permet une réponse rapide et multisectorielle (NFI, Abri et EHA) à des chocs (conflit ou catastrophe naturelle), et notamment aux déplacements de population.

Projet CIAA: Le projet, d’une durée de 9 mois, cible la sous-préfecture de Kabo, et vise à apporter une assistance en sécurité alimentaire aux éleveurs et agriculteurs de la zone. Plus précisément, le projet prévoit (i) la réalisation d’une campagne de vaccination du bétail sur Kabo et potentiellement Moyenne Sido (campagne que Solidarités International effectue sur Kabo depuis plusieurs années) ; et (ii) l’appui à la campagne vivrière 2018 à travers la location de bœufs de trait et la distribution de semences pour les ménages les plus vulnérables, notamment les ménages affectés par les inondations de 2017.

DESCRIPTIF DU POSTE

Le/la responsable programme Sécurité Alimentaire est le garant de la bonne exécution et de la qualité du/des programme(s) de sécurité alimentaire mis en œuvre, et le cas échéant, propose des ajustements ou des développements pour en garantir la pertinence.

En tant que tel, il/elle :

  • Est en charge de la mise en œuvre et du suivi des activités et budget définies dans le projet
  • Est en charge du suivi des indicateurs et du reporting interne et externe
  • Est en charge de la supervision directe des équipes opérationnelles affectées à son programme
  • Est responsable de la coordination avec les équipes logistiques, administratives et RH

LES PRIORITÉS POUR LES 3 PREMIERS MOIS SERONT :

  • RECRUTEMENT, ORIENTATION ET FORMATION DES ÉQUIPES : le RP devra entièrement recruter ses équipes, assurer leur intégration au sein de l’organisation, et les former à la mise en œuvre du projet. Il/elle est responsable de la gestion de ses équipes, de leur planning, leur supervision sur le terrain, et du renforcement de leurs capacités afin d’assurer une intervention répondant aux standards de qualité de SI.

  • MISE EN ŒUVRE: le RP devra assurer le lancement du projet dans les plus brefs délais, et strictement respecter le calendrier de mise. Le/la RP est responsable du pilotage opérationnel et budgétaire du projet, avec le support du Coordinateur Urgence et Coordinateur Terrain. Il/elle devra accompagner et superviser les équipes dans la mise en œuvre des activités dans un souci de transparence et de redevabilité vis-à-vis des populations affectées.

  • SUIVI DU PROJET : Le/la RP devra mettre en place un planning de suivi du projet précisant les échéances et techniques d’enquêtes de suivi nécessaires pour répondre aux indicateurs bailleurs et évaluer l’impact du projet. Le RP est responsable du reporting interne et externe du projet. Il/elle devra réaliser des visites terrain régulières pour superviser l’avancement et la qualité de mise en œuvre par les équipes.

VOTRE PROFIL

Diplôme universitaire de niveau minimum BAC + 4 dans l’un des domaines suivants : développement rural/ agronomie/ agroéconomie, sciences politiques/sociales, master humanitaire

Expérience minimum de 2 ans à des postes similaires à un niveau de Responsable Programme

Expérience préalable en gestion de programmes de développement rural/ressources naturelles

Expérience préalable en management d’équipes

Expérience préalable en mise en œuvre de projet en consortium appréciée

Au moins une expérience de mission avec contexte sécuritaire difficile

Compétences et connaissances techniques:

Maitrise des outils de suivi de projet, y compris les outils de pilotage budgétaire ;

Maitrise des procédures bailleurs en termes de reporting ;

Bonnes capacités rédactionnelles (français indispensable) ;

Qualités managériales, et en particulier en renforcement de capacités ;

Goût pour le travail en équipe ;

Capacités d’anticipation et de prise de décision ;

Compétences en matière d’organisation et de priorisation;

Grosse capacité de travail et résistance au stress ;

Disponibilité, flexibilité, autonomie ;

Fortes capacités d’adaptation ;

Connaissances des thématiques et des outils spécifiques SI fortement appréciées ;

Connaissance du contexte centrafricain apprécié ;

Habitué(e) à travailler dans un environnement instable sur le plan politique et sécuritaire

Langues

Français courant

CONDITIONS DE VIE

Bangui est une ville de taille moyenne, très verte, et d’assez faible densité, dans laquelle circuler est facile. La ville est bordée au sud par la rivière Oubangui, sur les berges de laquelle on trouve bars, terrasses et équipements sportifs : piscine, terrains de tennis et de squash, une salle de musculation… En règle générale, c’est une ville assez calme ; même s’il faut garder à l’esprit la fragilité générale du contexte centrafricain et l’éventualité d’une dégradation de la situation sécuritaire même à Bangui (scénario peu probable aujourd’hui mais contexte volatile).

Il est possible de trouver beaucoup de produits français dans les grands supermarchés de Bangui, mais à un prix relativement élevé. On trouve de nombreux restaurants (cuisine française, libanaise, chinoise, et bien sûr africaine) dans lesquels il est permis de se rendre la journée et le soir, en respectant le couvre-feu actuellement fixé à 23h (mais susceptible d’évoluer). Certains restaurants livrent également à domicile. Le nombre important d’ONG basées à Bangui facilite grandement la vie sociale (soirées tous les week-end).

Internet est disponible aussi bien au bureau qu’à la maison. L’électricité de ville est régulièrement coupée, mais la base dispose d’un système inverteur et d’un générateur permettant d’avoir du courant en quasi-permanence. Les expatriés ont accès au centre médico-social de l’ambassade de France (adhésion payante puis soins remboursés par la mutuelle de SI), et des tests médicaux poussés peuvent être réalisés à l’institut Pasteur de Bangui. Ces deux institutions sont capables de traiter efficacement la majorité des problèmes de santé.

Difficultés/contraintes en lien avec la sécurité :

La Centrafrique figure aujourd’hui parmi les pays au monde les plus dangereux pour les humanitaires. Les incidents affectant directement les humanitaires ont observé une hausse constante depuis 2015, pour atteindre en 2017 une moyenne de 43 incidents par mois. Le principal risque pour les ONG aujourd’hui reste le braquage, sur base ou sur les axes, de nature criminelle. Ce contexte sécuritaire affecte à la fois les conditions de vie et de travail des expatriés et personnel national, ainsi que la mise en œuvre des activités (régulièrement suspendues suite à des incidents de sécurité).

Au même titre que toutes les autres ONG (MSF et même le CICR ne font malheureusement pas exception), SI a subi au cours des 24 derniers mois plusieurs incidents, dont 2 braquages de base en 2017. La mission a depuis travaillé à améliorer son setup sécuritaire, a revu ses procédures de gestion de cash afin de minimiser l’exposition au braquage, a fait venir le référent sécuritaire 4 semaines sur la mission en Novembre 2017, et réfléchit au recrutement temporaire d’un expatrié en charge de la sécurité. En dépit de ces mesures, le risque, et notamment de braquage demeure, et le/la candidat(e) devra en avoir conscience, et l’accepter ; en sachant toutefois que SI met tout en œuvre pour le minimiser.

SI VOUS OFFRIRA LES CONDITIONS SUIVANTES

Poste salarié : à partir de 1980 brut euros (1800 euros salaire de base, plus 10% de prime de congés payés, plus les primes selon votre expérience) versés mensuellement et Per Diem mensuel de 320 000 FCFA.

SI prend également en charge les frais d'hébergement dans la guesthouse ainsi que les frais de déplacements entre le pays d'origine de l’expatrié et le lieu de mission.

Couverture sociale : L’expatrié(e) bénéficie d’une couverture sociale de qualité permettant de couvrir tous les frais de santé et d’une prévoyance accident incluant les risques de guerre.

Break : En cours de mission, une alternance travail - repos est assurée par des breaks prévus tous les trois mois. Sur la base d’une mission d'un an, l'expatrié prendra un break d’une semaine à 3 et 9 mois de mission (avec une participation de 500 euros versée par SI) ainsi qu'un break de 15 jours à 6 mois de mission (avec une prise en charge du billet d’avion aller et retour entre la mission et le lieu de résidence). Un aménagement de la politique de break est en cours de validation sur la mission, afin de permettre une fréquence plus rapprochée (tous les 2 mois et demi).

Maintenant que vous avez démontré votre intérêt en étant courageusement allé au bout de cette annonce vous pouvez aller en découvrir plus sur Solidarités International (www.solidarites.org)!

How to apply:

Vous reconnaissez-vous dans cette description? Si oui, envoyez-nous votre CV et Lettre de Motivation en français. Les candidatures contenant uniquement les CV ne seront pas considérées.

https://emea3.recruitmentplatform.com/syndicated/private/syd_apply.cfm?I...

Solidarités International se réserve la possibilité de clore un recrutement avant la date d’échéance de l’annonce. Merci de votre compréhension.

Contact : Ieva PRAPUOLENYTE, chargée de recrutement et de suivi