43,5 millions de dollars E.-U du Japon pour des interventions humanitaires de l’OIM

Report
from International Organization for Migration
Published on 05 Mar 2013 View Original

Japon – La Diète du Japon a approuvé le budget supplémentaire du pays pour l’exercice 2012, qui prévoit une allocation de 43,5 millions de dollars E.-U. pour les opérations humanitaires de l’OIM destinées aux migrants vulnérables, aux personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays, aux migrants de retour et aux communautés d’accueil du monde entier.

Ces fonds visent à répondre à des besoins non satisfaits ou imprévus durant l’exercice. Il s’agit de la plus grande somme que l’OIM ait reçue de ce mécanisme de financement japonais jusqu’à présent.

Cet argent financera des projets de l’OIM en Afghanistan et en Iran, en Angola et dans les pays voisins, en République démocratique du Congo, en Côte d’Ivoire, au Libéria, au Ghana, au Mali, en Mauritanie, au Niger, au Rwanda, en Somalie, au Soudan du Sud, au Soudan et dans les pays voisins de la Syrie.

Il permettra d’apporter une assistance humanitaire d’urgence à des personnes touchées par des crises migratoires, de faciliter le retour et la réintégration de migrants vulnérables, de renforcer la capacité des gouvernements à gérer des flux migratoires de plus en plus complexes, et d’améliorer les mécanismes d’adaptation des communautés abritant ou accueillant des populations déplacées.

En Somalie, qui recevra environ 23 % du montant total, ces fonds serviront à sauver des vies en fournissant des services d’accès à l’eau, d’assainissement et d’hygiène, à promouvoir la création d’emplois et la génération de revenus par des activités de subsistance locales, et à renforcer les capacités des organismes publics légalement tenus de répondre aux besoins des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays.

Une mobilité de la population largement non régulée, conjuguée à une gouvernance faible en Somalie a rendu les frontières poreuses, faisant le lit de la criminalité transnationale - piraterie, traite des êtres humains, trafic illicite de migrants, trafic d’armes et terrorisme.

Le financement des opérations de l’OIM en Afghanistan, qui représentera 21 % de la somme totale et couvrira également l’Iran, permettra de poursuivre les activités de réintégration et de subsistance à l’intention de migrants de retour d’Iran et du Pakistan, de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et de victimes de la traite d’êtres humains.

Ces fonds aideront également le Gouvernement afghan et des ONG nationales à élaborer un mécanisme national d’orientation afin d’identifier et de protéger les victimes de la traite des êtres humains. Ils permettront en outre de contribuer au retour et à la réintégration de migrants afghans hautement qualifiés venant d’Iran.

Environ 9,7 % de l’enveloppe sera utilisé en République démocratique du Congo (RDC) pour atténuer deux crises humanitaires liées à la migration forcée. L’un des projets consistera à apporter une aide directe à des migrants vulnérables de retour d’Angola qui ont impérativement besoin d’une assistance humanitaire. L’autre projet aidera des personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays dans l’est de la RDC par la mise en place de mécanismes d’alerte en cas d’urgence et de conflit et le renforcement des interventions d’urgence du Gouvernement.

Quelque 3,8 millions de dollars E.-U. seront également utilisés pour soutenir des projets de l’OIM au Mali, au Niger et en Mauritanie, trois pays qui subissent les conséquences de conflits, de la sécheresse, de la pénurie alimentaire et du retour de dizaines de milliers de travailleurs migrants de Libye.

Cet argent permettra de fournir des ressources en eau qui combleront les besoins urgents à court terme de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays, de stabiliser la situation économique et la sécurité dans les zones durement touchées par le retour des migrants de Libye, de réintégrer des migrants de retour, de stabiliser les communautés par des mesures axées sur les jeunes, et d’intervenir pour améliorer la sécurité alimentaire.

Deux autres millions de dollars E-U. permettront de sauver des vies et d’améliorer les conditions de de vie quelque 93 000 réfugiés et migrants en Turquie, en Jordanie, au Liban et en Iraq, voisins de la Libye.

« Cette contribution du Japon aux opérations de l’OIM à hauteur de 43,5 millions de dollars E.-U. est l’allocation la plus importante octroyée à ce jour par ce mécanisme de financement. Elle témoigne d’un partenariat solide et croissant entre le Japon et l’OIM en ce qui concerne les activités d’aide humanitaire et de consolidation de la paix à l’échelle mondiale», a déclaré le Directeur général de l’OIM, William Lacy Swing.

L’annonce de ce financement suit de près la cinquième visite officielle de M. Swing au Japon, durant laquelle il a rencontré des hauts fonctionnaires des Ministères des affaires étrangères, de la justice, de l’éducation, de la culture, des sports et de la science et des technologies. Il a, en outre, prononcé un discours liminaire lors d’un atelier international sur l’intégration des migrants organisé par le Ministère des affaires étrangères, la ville d’Ota et le Conseil des autorités locales pour les relations internationales.

Pour plus d’informations, prière de contacter

Yuko Goto
à l’OIM Tokyo
Tél : + 81 3 3595-0108
courriel : iomtokyo@iom.int

International Organization for Migration:

Copyright © IOM. All rights reserved.