Programme Caritas/USAID Gimbuka : Campagne de distribution des semences de legumes aux mères allaitantes

Report
from Caritas
Published on 03 Feb 2014 View Original

Du 28au 30 janvier 20 14, la Caritas Rwanda a organisé une campagne de distribution des semences de divers types de légumes, des boutures de patates et de champignons pour améliorer les conditions nutritionnelles des femmes allaitantes et des enfants de mois de 5 ans bénéficiaires du Programme Caritas Rwanda/USAID Gimbuka en exécution depuis septembre 2012 pour une période de trois ans. En tout, 1800 femmes allaitantes, et/ ou infectées par le VIH/Sida bénéficiaires de ce programme ont bénéficié de cette distribution qui s’est faite dans 9 districts du pays que couvre le volet nutrition, à savoir Kamonyi, Muhanga, Ruhango, Nyamagabe, Nyaruguru, Karongi, Rutsiro, Ngororero et Gatsibo Les semences distribuées concernent les épinards, les courgettes, les betteraves, les carottes, les poivrons, les oignons, les choux blancs, les amarantes, les haricots verts, les tubes de champignons et les boutures de patates à chair orange. Le volet nutrition du Programme Caritas Rwanda/USAID Gimbuka envisage de :

 améliorer l’état nutritionnel, enfants de moins de cinq ans spécialement ceux de moins de deux ans, des femmes allaitantes ;
 augmenter la production agricole par l’application des techniques bio-intensives au niveau des ménages et la promotion de l’élevage de petit bétail…

Témoignages

Nous avons pu nous entretenir avec certaines bénéficiaires rencontrées à Musambira dans le district de Kamonyi :

Uwitonze Providence, 40 ans, mariée et mère de 5 enfants, affirme qu’elle connaissait les divers légumes dont elle venait de recevoir les semences et les achetait au marché. Le ménage possède un petit lopin de terre et se trouve obligé de louer des lopins chez les voisins pour subvenir à son alimentation. Uwitonze Providence nous a déclaré être heureuse de pouvoir cultiver ces légumes qui lui permettront d’avoir une alimentation complète.

Mukandanyuzwe Jacqueline, 39 ans, mariée et mère de 6 enfants et 3 enfants adoptés. Le ménage a une parcelle lui octroyée par une vieille maman dont il a adopté les trois enfants. A la question de savoir comment il parvenait à nourrir tout ce monde, Mukandanyuzwe Jacqueline a répondu : « C’est grâce à Dieu, ce n’est pas de notre propre pouvoir ». Le projet a octroyé à son plus petit enfant une chèvre dont elle espère tirer les moyens de subvenir à ses besoins à l’avenir.

Uwamahoro Clémentine, 26 ans, mariée et mère de 2 enfants. Le ménage ne possède pas de lopin propre, il est obligé de louer chez les voisins pour trouver où cultiver. C’est ce qu’il compte faire aussi avec les semences de légumes qu’elle venait de recevoir. A la question de savoir ce qu’elle avait acquis du projet, elle nous a répondu : « Je constate que le projet m’a tiré de la pauvreté car je parviens moi aussi à m’auto-développer. La chèvre octroyé par le projet pourra mettre bas très prochainement et les légumes que je vais cultiver, dès lors je serai moi aussi devenue riche ». Priée de dire si elle ne craignait pas que sa production soit l’objet de vol, elle a répondu : « Ils vont voler, nous nous contenteront de ce qui va rester. Que pouvons-nous faire d’autre ? »

Mukanyandwi Rachel, 26 ans, mariée et mère de 2 enfants. Le ménage possède un petit lopin de terre auquel il doit trouver d’autres lopins à louer pour subsister. Cette location, nous a-t-elle révélé, peut se faire de deux façons : le couple s’engage pour la culture chez les voisins qui le rémunère argent liquide qu’il peut ensuite utiliser pour louer un lopin à cultiver ou bien il cultive pour quelqu’un moyennant l’octroi d’un morceau de terre qu’il pourra cultiver pour lui-même. Mukanyandwi Rachel se félicite cependant que le projet Gimbuka lui ait octroyé une chèvre qui non seulement lui permet d’avoir de l’engrais organique, mais aussi lui porte à espèrer que son ménage pourra en tirer les moyens de s’inscrire à la mutuelle de santé qu’il n’a pas aujourd’hui et ne pourrait pas obtenir autrement.

Kamanzi Gaudence, 20 ans, fille seule, mère d’un enfant. Elle nous a déclaré son bonheur d’être parmi les bénéficiaires du programme Gimbuka qui lui a octroyé une chèvre qui lui permet d’avoir de l’engrais pour le lopin familial avec son père et vient de lui fournir des semences de légumes dont elle pourra non seulement améliorer l’alimentation de son enfant mais aussi en obtenir des ressources pour se tirer de la pauvreté.

Le Programme "USAID Gimbuka" a pour objectif l’amélioration de l’état nutritionnel des femmes allaitantes et/ ou infectées par VIH/Sida et de 36 000 enfants de moins de 5 ans, appuyer les femmes allaitantes et/ou infectées au VIH Sida dans l’auto-prise en charge et assister 14 993 orphelins et enfants vulnérables en leur fournissant les équipements et les frais scolaires, et appuyer les ménages bénéficiaires du programme dans l’auto-développement économique, l’autosuffisance alimentaire et l’accroissement de leurs compétences.

Aloys MUNDERE