Niger : 87 cadavres de migrants retrouvés mercredi dans le désert près de l'Algérie (sources concordantes)

Report
from Agence France-Presse
Published on 30 Oct 2013

10/30/2013 19:51 GMT

NIAMEY, 30 octobre 2013 (AFP) - Les cadavres de 87 migrants ont été retrouvés mercredi dans le désert nigérien, à une dizaine de kilomètres de la frontière algérienne, a-t-on appris de sources concordantes.

Ces victimes (7 hommes, 32 femmes et 48 enfants) s'ajoutent aux 5 femmes et fillettes issues du même groupe de clandestins, dont les dépouilles avaient été découvertes précédemment par l'armée nigérienne, a affirmé une source sécuritaire haut placée.

Toutes sont mortes début octobre dans un voyage tragique vers l'Algérie qui avait débuté fin septembre, de même source.

Ce bilan a été confirmé par Almoustapha Alhacen, responsable de l'ONG Aghir In'man (bouclier humain en langue touareg), qui s'est rendu sur place pour chercher les dépouilles.

"Les corps étaient décomposés, c'était horrible. Nous les avons trouvés en divers endroits, dans un rayon de 20 kilomètres et en petits groupes: souvent sous des arbres, ou en plein soleil. Parfois une mère et ses enfants, parfois des enfants seuls", a raconté M. Alhacen.

Lundi, des autorités locales nigériennes avaient annoncé le décès d'au moins 35 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, mortes déshydratées alors qu'elle tentaient de migrer en Algérie.

D'après la source sécuritaire, 21 personnes ont survécu, dont "un homme qui a parcouru 83 km à pied pour gagner Arlit" (nord du Niger) et "une femme qui a été ramenée à Arlit par un chauffeur qui l'a croisée dans le désert".

Dix-neuf autres migrants ont été acheminés à Tamanrasset (sud de l'Algérie), leur destination finale initiale, avant d'être rapatriés au Niger, a ajouté cette source.

Le Niger, l'un des pays les plus pauvres au monde, confronté à des crises alimentaires récurrentes, est touché comme nombre d'Etats africains par un phénomène d'émigration. La route migratoire algérienne n'est toutefois pas aussi fréquentée que celle menant à la Libye.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) à Niamey a estimé à "environ 30.000" le nombre de personnes ayant migré en Libye entre mars et août 2013 via Agadez, la grande ville du Nord nigérien, dans des conditions irrégulières, soit 5.000 par mois, pour la plupart des ressortissants ouest-africains, dont de nombreux Nigériens.

bh/jf/sd

© 1994-2013 Agence France-Presse

Agence France-Presse:

©AFP: The information provided in this product is for personal use only. None of it may be reproduced in any form whatsoever without the express permission of Agence France-Presse.