Le Niger: Mesurer les flux d’armes illicites

Report
from Small Arms Survey
Published on 31 Mar 2017 View Original

En bref

Cette note d’information explore les questions relatives à la mesure des flux d’armes illicites au Niger dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, et notamment de l’ODD 16. La cible 16.4 du Programme de développement à l’horizon 2030 définit les flux d’armes illicites comme un obstacle au développement durable et encourage les États à les réduire de manière conséquente. Cette note décortique le concept de « flux d’armes illicites » et propose une analyse des difficultés auxquelles se heurtent les tentatives de mesure dans ce domaine spécifique. Elle montre qu’au Niger, les flux d’armes internes au pays et ceux qui le traversent sont principalement alimentés par le trafic transfrontalier et les détournements de matériel issu des stocks nationaux de la région. Elle relève aussi le fait que toutes les agences de sécurité nigériennes procèdent à des saisies d’armes et décrit l’état actuel du recueil des données relatives à ces saisies. Elle montre également que le gouvernement œuvre à l’amélioration de la situation, même si les données recueillies ne sont pour l’instant pas suffisamment exhaustives pour permettre une évaluation des progrès accomplis dans le cadre de la cible 16.4. Elle souligne le fait que les données provenant de sources autres que les entités gouvernementales peuvent s’avérer particulièrement utiles, notamment dans un pays comme le Niger. Enfin, elle envisage la possibilité que d’autres sources d’information – dont le prix des armes et munitions et les données relatives à l’utilisation des armes à feu dans le cadre des actes de violence – puissent jouer le rôle d’indicateurs additionnels.

Principales conclusions

  • Les forces de sécurité nigériennes saisissent des armes et des munitions et conservent des données utiles. Toutefois, la qualité des informations recueillies varie fortement d’une institution à l’autre et le fait que le pays ne dispose pas d’une base de données nationale sur les saisies se fait cruellement sentir.

  • Si le Niger fait principalement figure d’itinéraire de transit pour les armes qui circulent dans la région, la mesure de la contrebande qui s’opère sur son territoire national est un élément indispensable à la compréhension de l’évolution du trafic d’armes dans toute la région.

  • Faute de données exhaustives relatives aux armes saisies au Niger, il conviendrait d’utiliser d’autres indicateurs, dont les fluctuations du prix du matériel et les rapports portant sur l’utilisation des armes à feu dans les actes de violence.

Téléchargez le rapport complet