Bulletin humanitaire Niger, Mars – avril 2017

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 16 May 2017

FAITS SAILLANTS

  • L’estimation des personnes en crise alimentaire est passée de 748 000 à 1,3 million.

  • Epidémie de méningite au Niger : 3 000 cas dont 179 décès notifiés.

  • Epidémie d’hépatite E à Diffa : 403 cas dont 27 décès notifiés.

  • Hausse du nombre de migrants rentrant de la Libye observée depuis janvier 2017.

  • L’assistance humanitaire à Diffa a touché environ 257 000 personnes depuis janvier.

  • En 2017, environ 106 000 personnes sont à risque d’inondation

1,3 million de personnes en situation de crise alimentaire

Les résultats du cadre harmonisé indiquent une hausse de la population en crise

Selon l’analyse du Cadre Harmonisé de mars 20170F, plus d’1,3 million de personnes, soit 7 pour cent de la population totale analysée, sont en crise alimentaire et auront besoin d’assistance durant la période de soudure qui s’étale de mai à août. Ces estimations indiquent une hausse du nombre de personnes en situation de crise comparativement à celles de novembre 20161F, avec plus de 560 000 personnes supplémentaires affectées.

Malgré une campagne agricole 2016/2017, globalement satisfaisante, le Niger a connu un déficit fourrager de plus de 12 millions de tonnes, soit 48 pour cent des besoins du pays. Cette situation, combinée avec les conséquences de la crise sécuritaire dans le bassin du Lac Tchad, des inondations, de la malnutrition, a contribué à aggraver l’insécurité alimentaire des ménages vulnérables.

Besoin urgent d’environ 113 millions de dollars pour couvrir la période de soudure

Le 28 avril, le Gouvernement du Niger a tiré la sonnette d’alarme sur l’urgence de la mobilisation de 113 millions de dollars pour assister les populations vulnérables à l’orée de la période de soudure. Ces fonds serviront à couvrir les besoins immédiats identifiés à savoir : l’acquisition de 43 000 tonnes de céréales, 68 700 tonnes d’aliments bétails et 13 051 tonnes de semences. Le gouvernement du Niger, appuyé par ses partenaires, a déjà démarré les interventions humanitaires pour assister les communautés qui ont connu une période de soudure précoce. Ces actions seront intensifiées et élargies dans les prochaines semaines. L’appui financier requis doit être mis à disposition immédiatement pour éviter que l’insécurité alimentaire ne s’aggrave davantage.

L’accès aux marchés rendu difficile par la hausse des prix

Selon les résultats de la mission d’évaluation rapide sur la situation alimentaire et pastorale conduite en avril par le Gouvernement, les marchés sont bien ravitaillés en produits alimentaires excepté dans les régions de Maradi et de Diffa. Dans la région de Maradi, l’offre en céréales est en baisse de plus de 50 pour cent par rapport à la même période en 2016. Toutefois, malgré la disponibilité des céréales, les ménages vulnérables ont des difficultés à y accéder à cause d’un pouvoir d’achat limité dans un contexte marqué par des hausses atypiques des prix des céréales (mil et sorgho) par endroits. A titre d’exemple, le prix du mil à Maradi a connu une hausse de 78 pour cent par rapport à octobre 2016.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.