Appel global (Révision avril 2012)

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 30 Apr 2012
  1. Résumé

La révision de l’appel global (AG) 2012 du Niger est motivée par l’ampleur de la crise alimentaire et nutritionnelle que va connaître cette année le pays et toute la région du Sahel, liée à la sécheresse mais aussi aux répercussions sur le Niger des crises libyenne et malienne, notamment le récent afflux de réfugiés fuyant le conflit au Mali:

■ L’enquête sur la vulnérabilité alimentaire des ménages conduite entre novembre et décembre 2011, et dont les résultats ont été publiés en janvier 2012 après la finalisation de l’appel global, montre qu’au niveau national, 6.4 million de personnes sont dans une situation d’insécurité alimentaire (soit une hausse de 2.56 million de personnes par rapport à l’appel 2012 original). Un pourcentage de 8.5% sont en insécurité alimentaire « sévère », soit presque 1.4 million de personnes, et 26.4% sont en insécurité alimentaire « modérée », soit 4.1 million. De plus, 23.1% des ménages, soit 3.6 million de personnes sont classés « à risque » c'est-à-dire en sécurité alimentaire fragile et susceptibles de basculer en insécurité alimentaire avant les prochaines récoltes.

■ Le nombre d’enfants de 6-59 mois qui devront être pris en charge en 2012 pour malnutrition aiguë modérée a été estime à la hausse, à 689 450, et pour malnutrition aiguë sévère , à 393 737 (contre 331 000 initialement).

■ Cette crise sévère est liée en grande partie à une mauvaise campagne agropastorale en 2011 – 2012, caractérisée par une pluviométrie mal répartie dans l’espace et dans le temps, ponctuée par des épisodes secs au cours des mois de juillet, août et septembre, ayant entraîné un déficit céréalier de 692 000 tonnes et un déficit fourrager de plus de 10 millions de tonnes de matières sèches, ce qui équivaut à 50% des besoins en consommation du cheptel. La crise libyenne a également été un facteur non négligeable dans la détérioration de la crise au Niger.

■ Les mouvements de populations suite au conflit armé au Mali aggravent la situation humanitaire, avec notamment près de 40 000 réfugiés qui sont arrivés récemment au Niger.

■ Dans leur majorité, les ménages en insécurité alimentaire « sévère » ne disposent ni de stock alimentaire, ni de bétail, et développent déjà plusieurs stratégies de survie. Les ménages en insécurité alimentaire « modérée » disposent de stocks alimentaires pouvant couvrir une durée d’au plus un mois.

■ Un nombre important d’abandons scolaires dans toutes les régions du pays, conséquence de l’insécurité alimentaire, a été répertorié. L’impact de la mauvaise campagne agricole a poussé au moins 33 000 élèves à abandonner l’école (plus de 22 000 dans la seule région de Tillabéry). Globalement, près de 400 000 élèves sont potentiellement en situation d’insécurité alimentaire pouvant les conduire à l'abandon si les parents décident de quitter leurs zones de résidence).

Malgré les efforts consentis pour créer une dynamique de développement au Niger, force est de constater qu’une partie importante de la population reste tributaire d’une assistance humanitaire.

L'action humanitaire en 2012 continuera à se concentrer sur les besoins humanitaires d'urgence, en soutenant la réduction des risques, la préparation, la planification et la coordination de la réponse humanitaire aux crises et catastrophes, ainsi que le renforcement des capacités locales.

Les besoins financiers de cet appel révisé se montent à $451 millions, soit une augmentation de 97% par rapport à l’appel original. Les financements actuels se montent à 144 millions, laissant un manque à financer de $307 millions afin d’atteindre les objectifs de cet appel.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.