Sahel 2017 - Aperçu des besoins humanitaires et des fonds requis pour la réponse

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 07 Dec 2016
preview

AVANT-PROPOS

La région du Sahel et ses 150 millions d’habitants sont, aujourd’hui encore, confrontés à des défis immenses. Ceux-ci sont notamment l’extrémisme violent, les changements climatiques, et l’extrême pauvreté. Un quatrième, l’explosion démographique qui verra la population de la région doubler dans les vingt prochaines années, exacerbe encore plus la situation. Des actions concertées en matière de paix et de sécurité, de commerce, de développement, de droits de l’homme et d’action humanitaire sont nécessaires pour aider les communautés de la région et leurs gouvernements à prévenir une plus grande insécurité, pauvreté et migration et à atteindre un avenir plus stable et prospère. Le présent document se concentre sur l’un de ces aspects clés, l’action humanitaire.

Dans toute la région du Sahel, plus de 30 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire; un enfant sur cinq âgé de moins de cinq ans souffre de malnutrition aiguë; 4,9 millions de personnes ont fui leurs foyers.

Grâce au soutien et à l’engagement des bailleurs de fonds, l’aide fournie par les acteurs humanitaires a permis de sauver des vies et de réduire les besoins dans les communautés les plus vulnérables. Mais il reste des défis à relever.

Entre 2014 et 2016, l’action humanitaire dans le Sahel a été guidée par un plan régional d’action humanitaire visant à répondre aux besoins aigus et à leurs causes profondes. En 2017, l’approche régionale se répartit selon deux axes, en mettant particulièrement l’accent, dans la mesure du possible, sur le fait que « fournir une aide ne suffit plus, et qu’il faut mettre fin au dénuement ».
Dans les pays où les conflits ne font pas rage, l’absence de violence a coïncidé avec deux saisons de pluies relativement abondantes.

Cela a permis aux communautés de ces pays de se remettre des chocs précédents et de devenir plus résiliantes. Le Burkina Faso, la Mauritanie et le Sénégal ont donc aligné la réponse humanitaire de 2017 avec les cadres de résilience et de développement existants. En Gambie, l’action humanitaire a été pleinement intégrée au plan cadre des Nations Unies pour le développement.

D’autre part, l’instabilité et la violence persistantes au Cameroun, au Mali, au Niger, au Nigeria et au Tchad, accroissent les vulnérabilités existantes et continuent de déplacer les populations. Dans ces pays, les Plans de réponse humanitaire (HRP) continueront à servir de cadre à l’action humanitaire.
Au Mali, où un accord politique fragile est en place, la situation humanitaire est stable mais reste extrêmement préoccupante. Environ 3,7 millions de personnes au Mali, et 135 000 d’autres s’étant réfugié au Burkina Faso, en Mauritanie et au Niger, ont encore besoin d’aide humanitaire.

Dans le bassin du lac Tchad, les attaques de Boko Haram continuent et l’ampleur de la souffrance est énorme. Environ 11 millions de personnes auront besoin de secours d’urgence en 2017. Sept millions de personnes, une famille sur trois, et près d’un demi-million d’enfants, souffrent de malnutrition aiguë et ont besoin de nourriture.

Pour 2017, la communauté humanitaire aura besoin de 2,66 milliards de dollars pour aider 15 millions de personnes dans 8 pays. Le présent document décrit la situation, les besoins humanitaires et les besoins financiers ; et je suis impatient de travailler avec la communauté des bailleurs de fonds pour faire en sorte que les organismes d’aide puissent offrir la meilleure assistance possible aux personnes qui en ont le plus besoin.

Toby Lanzer

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.