Présidentielle au Mali: un des principaux candidats se rend à Kidal

Report
from Agence France-Presse
Published on 15 Jul 2013

07/15/2013 18:57 GMT

BAMAKO, 15 juillet 2013 (AFP) - L'un des principaux candidats au premier tour de la présidentielle du 28 juillet au Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, s'est rendu lundi à Kidal (nord-est) pour une visite de quelques heures, a appris l'AFP de sources concordantes.

La visite de ce candidat est intervenue le jour mêmle du retour du gouverneur de Kidal qui s'y était déjà rendu brièvement le 11 juillet, selon l'entourage du gouverneur et une source militaire africaine.

"Ibrahim Boubacar Keïta, candidat à la présidentielle, est arrivé lundi à Kidal dans le cadre de la campagne électorale", a affirmé à l'AFP une source militaire africaine de la force de l'ONU au Mali, la Minusma, information confirmée par l'état-major de campagne du candidat qui a parlé d'une visite de "quelques heures".

Ibrahim Boubacar Keïta dit IBK, 68 ans, ancien Premier ministre et ex-président de l'Assemblée nationale, est l'un des favoris à la présidentielle malienne.

Autre favori, Soumaïla Cissé, 63 ans, ancien ministre et ex-président de la Commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa) doit également se rendre à Kidal "tout prochainement", selon son état-major de campagne.

Les autorités maliennes et les rebelles touareg occupant Kidal, à 1.500 km au nord-est de Bamako, ont signé le 18 juin à Ouagadougou un accord prévoyant un cessez-le-feu, un déploiement progressif de l'armée malienne, et un cantonnement des combattants touareg sur des sites de regroupement.

L'accord a été respecté, mais la situation reste tendue sur place, où des manifestations dénonçant le retour de quelque 150 soldats maliens et d'autres l'approuvant, ont eu lieu la semaine dernière.

Déjà mauvaises avant le début du conflit au Mali dont toute la partie nord a été occupée en 2012 par des rebelles touareg, puis des groupes jihadistes chassés par une intervention militaire franco-africaine, les relations entre communautés noires majoritaires et les communautés arabe et touareg se sont depuis considérablement dégradées.

Le premier tour de la présidentielle, censée amorcer la réconciliation et rétablir l'ordre constitutionnel interrompu par un coup d'Etat en mars 2012, doit en principe se tenir à Kidal à la fin du mois comme dans le reste du Mali.

Mais les tensions actuelles et l'impréparation du scrutin dans la ville font craindre qu'il ne puisse avoir lieu comme prévu.

C'est pour faire en sorte que le scrutin puisse s'y tenir que le gouverneur de Kidal, le colonel Adama Kamissoko, y est revenu lundi après une brève première visite de quelques heures le 11 juillet, marquée alors par des tensions.

Le gouverneur lui-même avait déclaré que lorsqu'il avait voulu s'y installer, ses bureaux étaient occupés par des "groupes armés" qu'il n'avait pas nommés. Cette fois-ci, il s'est installé à la mairie de la ville, selon une source africaine de la Minusma et son entourage.

sd/stb/cs/jmc

© 1994-2013 Agence France-Presse

Agence France-Presse:

©AFP: The information provided in this product is for personal use only. None of it may be reproduced in any form whatsoever without the express permission of Agence France-Presse.