L’Union européenne et le Sahel

Report
from European Union
Published on 11 Oct 2012 View Original

L’UE a adopté une approche globale face à la crise au Sahel. En mars 2011, le Conseil a accueilli favorablement la présentation d'une stratégie de l’Union européenne pour la sécurité et le développement dans la région du Sahel, qui repose sur deux postulats: premièrement, développement et sécurité sont étroitement liés et peuvent se renforcer mutuellement et, deuxièmement, la crise complexe qui frappe le Sahel appelle une réponse régionale. Le 23 juillet, le Conseil a adopté des conclusions visant à accélérer la mise en œuvre de cette stratégie.

L’UE est préoccupée par la dégradation de la situation politique et humanitaire, la détérioration des conditions de sécurité et le recul des droits de l'homme dans la région du Sahel depuis le début de l’année 2000. Cette situation, bien qu’antérieure à la crise libyenne, se trouve aggravée par les conséquences de celle-ci.

Dans ce contexte, la stratégie de l’Union européenne pour la sécurité et le développement au Sahel, actuellement mise en œuvre en Mauritanie, au Niger et au Mali, s'est avérée utile pour renforcer la cohérence de l’approche adoptée par l’UE face à la crise. L’UE a alloué plus de 660 000 000 EUR à la région au titre du 10 e Fonds européen de développement (2007-2013). Dans le cadre de sa stratégie pour le Sahel, elle a mobilisé des ressources financières supplémentaires pour des projets en rapport avec le développement et la sécurité. Dotés d'un budget de 167 000 000 EUR, ceux-ci s’articulent autour des quatre grands axes de la stratégie:

i) développement, bonne gouvernance et résolution des conflits internes;
ii) action politique et diplomatique;
iii) sécurité et État de droit; et
iv) lutte contre l'extrémisme violent et la radicalisation.

Depuis les affrontements qui ont éclaté au début de 2012 dans le nord du Mali, des groupes d'affiliations diverses - dont la plupart entretiennent des liens avérés avec Al-Qaida - étendent leur influence et créent des zones de refuge pour des activités terroristes et criminelles. Les violences ont contraint 446 000 Maliens à fuir leur foyer et ont encore aggravé la crise alimentaire. La famine menace plus de 18 millions de personnes dans toute la région du Sahel. Dans ce contexte, la Commission européenne a engagé 172 000 000 EUR sur son budget «aide humanitaire» et a lancé un partenariat international pour la résilience au Sahel (Alliance globale pour l'initiative Résilience – AGIR).