CEDEAO : lancement de l’agence régionale pour l’agriculture et l’alimentation à Lomé

Report
from ECOWAS
Published on 02 Oct 2013 View Original

N°: 283/2013

2 octobre 2013 [Lome - Togo]

Cérémonie lancement ARAA sous l’égide du PM togolais le Ministre Togolais de l’Agriculture prononçant son discours à l’ouverture.

La CEDEAO vient de faire un grand pas vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) en mettant en place une Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA) ayant son siège à Lomé au Togo.

Le lancement de cette Agence dont le mandat est d’assurer l’exécution technique des programmes et plans d’investissement agro-silvo-pastoraux dans la région, a eu lieu le 27 septembre 2013 sous l’égide du Premier ministre togolais, M. Kwesi Séléagodji AHOOMEY-ZUNU. Les Ministres de l’Agriculture des Etats membres de la CEDEAO réunis dans la capitale togolaise dans le cadre de leur réunion annuelle sur la situation agricole, alimentaire et nutritionnelle en Afrique de l’Ouest ont également pris part au lancement de l’ARAA.

S’adressant aux ministres, au cours de la cérémonie d’ouverture des travaux, le Premier ministre togolais a attiré l’attention sur « l’insuffisance des ressources financières consacrées par les gouvernants à l’agriculture qui fournit pourtant les moyens d’existence à plus de 75% de nos populations ».

Il a également rappelé avec insistance, la nécessité d’honorer l’engagement pris par les chefs d’Etat et de gouvernement à Maputo en 2003, d’allouer au moins 10% des budgets nationaux à l’agriculture pour réaliser 6% de croissance agricole annuelle.

Au cours de leurs travaux, les ministres de l’Agriculture ont adopté et validé trois nouveaux programmes régionaux initiés par la CEDEAO dans le cadre de la mise en œuvre de la politique agricole régionale visant la réduction de la pauvreté et de la faim dans la région.

Le premier programme validé par les ministres s’intitule « Programme Régional d’Appui à la Régulation des Marchés en Afrique de l’Ouest (PARNAO)». Il a pour objectif majeur de contribuer dans la construction de la souveraineté alimentaire à travers la fluidification et la régulation du marché intra régional des produits agroalimentaires.

Quant au second programme, appelé « Programme Régional d’Appui aux Filets Nationaux de Sécurité Sociale en Afrique de l’Ouest », il vise prioritairement la réduction de la vulnérabilité à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle.
Il s’adresse aussi à la promotion de l’accès durable à l’alimentation dans l’espace CEDEAO.

Enfin, le troisième programme adopté par les ministres de l’Agriculture est relatif au « Programme Régional d’Appui à l’Intensification Agricole et Pastorale en Afrique de l’Ouest ». Il vise la promotion des produits stratégiques pour la sécurité et la souveraineté alimentaire. Sa mise en œuvre permettra d’accélérer la croissance économique, d’améliorer les revenues des producteurs, de réduire le seuil de pauvreté et de préserver l’environnement.

Dans un commun final publié à la fin de leurs travaux, les ministres de l’Agriculture de la CEDEAO ont demandé à l’organisation régionale de développer des stratégies pour une participation effective du secteur privé au financement de l’agriculture. Ils ont aussi recommandé la mise en place de mécanismes simples permettant aux exploitations familiales d’avoir accès aux financements.
En outre, les ministres ont demandé à la CEDEAO de veiller à la mise en œuvre d’un Tarif extérieur commun (TEC) qui protège la production locale et de doter la région d’une vision commune sur les organismes génétiquement modifiés.

Aux Etats membres, les ministres ont recommandé le renforcement des efforts pour la réalisation des engagements de Maputo en termes d’allocation de ressources au secteur agricole. Plus précisément ; ils leur ont demandé aux de consacrer au moins 50% des achats aux organisations paysannes locales pour la constitution de la réserve alimentaire régionale.

Enfin, les ministres de l’Agriculture ont demandé à la CEDEAO de trouver une formule pour qu’une part fixe du prélèvement communautaire soit consacrée au financement des Programmes et Projets régionaux, y compris une dotation annuelle à chaque Etat destinée au renforcement des stocks nationaux de sécurité.

Ont pris part à cette rencontre, le Commissaire en charge de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en Eau de la Commission de la CEDEAO, les représentants des partenaires techniques et financiers, , de la société civile et des organisations socioprofessionnelles de producteurs de l’Afrique de l’Ouest.