Afrique de l’ouest : Perspectives de sécurité alimentaire octobre 2013 à mars 2014

Report
from Famine Early Warning System Network
Published on 29 Nov 2013 View Original

Insécurité alimentaire en baisse au Sahel mais risque de dégradation dès janvier 2014

MESSAGES CLÉS

  • Les récoltes seront globalement moyennes à bonnes dans la région. À la faveur des récoltes en cours, la plupart des ménages sont capables d’avoir une consommation alimentaire suffisante et de satisfaire leurs besoins non alimentaires grâce aux revenus tirés de la vente des produits de rente et de la main d’œuvre. L’insécurité alimentaire minimale de type IPC Phase 1 est observée actuellement dans la quasi-totalité des régions.

  • Cependant, il y a des zones localisées de fort déficit de production au Sahel suite à des effets combinés ou non d’installation tardives des pluies, des sécheresses de mi saison ou un arrêt précoce des pluies. Dans les poches déficitaires du Niger et du Tchad, il y’aura un épuisement précoce des stocks des ménages et le Stress (Phase 2 de l’IPC) pourra se généraliser à partir de janvier.

  • La situation au nord-est du Nigeria restera préoccupante avec l’accentuation du conflit de Boko Haram. Ce conflit a perturbé les moyens de subsistance et la production agricole dans ces zones et a interrompu les flux commerciaux entre le Nigeria, le sud-est du Niger, et le centre-ouest du Tchad, surtout pour la commercialisation de bétail. En raison d'une réduction atypique des stocks alimentaires et une baisse des revenus, les ménages pauvres du nord-est du Nigeria connaîtront des déficits alimentaires engendrant des résultats de Crise (Phase 3 de l’IPC) à partir de janvier 2014.

  • En Centrafrique, les régions du nord et du centre connaissent les effets combinés de la crise politico-militaire et des perturbations de la campagne agricole pourraient causer une faible disponibilité et des difficultés d’accès aux denrées pour les ménages pauvres et très pauvres. Dans ces zones, les ménages seront en Stress (Phase 2 de l'IPC) jusqu’au moins en mars 2014.

  • Au Mali, les flux de céréales du sud vers les marchés du nord et des denrées importées de l’Algérie seront réguliers et devraient se maintenir à un niveau supérieur à la moyenne pour combler les déficits de production attendus dans les régions de Gao et Tombouctou. L’amélioration des revenus issus de la vente de bétail et la poursuite de l'assistance humanitaire prévue contribueront à maintenir l’insécurité alimentaire Minimale (Phase 1 de l’IPC) dans tout le pays jusqu’à mars 2014.