Madagascar a voté dans le calme pour désigner président et députés

Report
from Agence France-Presse
Published on 20 Dec 2013

12/20/2013 21:27 GMT

Par Jean LIOU

ANTANANARIVO, 20 décembre 2013 (AFP) - Les Malgaches ont voté dans le calme vendredi pour élire leur président et leurs députés au cours du premier scrutin démocratique organisé depuis le renversement du président Marc Ravalomanana en 2009, les observateurs indépendants n'ayant pas confirmé les accusations de fraudes des uns et des autres.

Le scrutin s'est déroulé sans incident majeur, selon la Cenit (commission électorale) et des observateurs contactés par l'AFP, selon lesquels la participation ne serait pas très élevée.

"Tout va bien, c'est très calme, on n'a rien qui sorte de l'ordinaire", a résumé Stéphane Mondon, chef de mission des observateurs du Centre Carter.

"Pas de problème, nous n'avons pas eu de rapport faisant état de problèmes. Pour l'instant", a renchéri la chef de la mission européenne Maria Muniz de Urquiza, à la clôture du vote en fin d'après-midi.

Les bulletins ne sont pas arrivés à temps dans certains bureaux vendredi matin, mais les électeurs ont finalement pu voter plus tard dans la journée, a assuré la Cenit.

Ni Marc Ravalomanana, l'ex-président déchu exilé depuis plus de quatre ans en Afrique du Sud, ni Andry Rajoelina, l'homme qui l'a renversé en 2009, n'ont pu se présenter à la présidentielle, la communauté internationale craignant des troubles.

Mais ils s'affrontaient par candidats interposés, l'ancien ministre de la Santé Robinson Jean Louis pour l'un, et l'ancien ministre des Finances Hery Rajaonarimampianina pour l'autre, avec l'espoir que ces élections permettront de remettre la Grande Ile dans le droit chemin.

Résultats avant la fin de l'année

Le scrutin est en effet l'indispensable premier pas qui permettra de sortir de la grave crise politique, économique et sociale dans laquelle Madagascar, mise au ban des nations, est plongée depuis 2009. Plus de neuf habitants sur dix vivent désormais avec moins de 2 dollars par jour, selon la Banque mondiale.

On a évoqué des fraudes dans les deux camps, ou des achats de voix, plus ou moins ouvertement.

"Nous avons déposé (...) une plainte contre X pour suspicion de fraude. Aujourd'hui, on a découvert des bulletins marqués sur la case de Robinson (Jean Louis) vendus 5.000 ariarys (1,70 euro) à Antsirabe et à Antananarivo", a indiqué à l'AFP la responsable de la communication de M. Rajaonarimampianina, Rinah Rakotomanga.

Jeudi soir, le directeur de cabinet de Robinson Jean Louis, Elisé Razaka, avait affirmé que des bulletins de vote précochés en faveur d'Hery Rajaonarimampianina avaient été découverts dans le sud du pays. Vendredi, il a envoyé deux autres SMS à l'AFP signalant des cas suspects.

Et alors que M. Jean Louis appelait à l'apaisement vendredi matin, sa femme Marcelle évoquait des fraudes ici et là, sans précision.

Mais de même qu'ils n'ont pas eu vent d'incidents, commission électorale et observateurs interrogés par l'AFP n'avaient pas eu de rapports confirmant ces éventuelles fraudes à la fermeture des bureaux.

"Pour l'instant, je n'ai pas eu de preuves de fraudes massives. Il y a beaucoup de rumeurs, mais c'est des élections de sortie de crise, et des rumeurs il y en aura toujours", a indiqué la représentante de l'ONU à Madagascar, Fatma Samoura.

Les premiers résultats vendredi soir ne concernaient que quelques bureaux de vote, sur 20.001. "Normalement, on devrait connaître le vainqueur d'ici à la fin de l'année", a noté Béatrice Atallah, la présidence de la Cenit, même si des tendances devraient se dessiner ce week-end.

Les deux candidats, qui sont tous les deux sûrs de leur victoire, partent d'assez loin, MM. Jean Louis et Rajaonarimampianina ayant réuni respectivement 25,16% et 15,85% en octobre.

Même si le candidat du camp Ravalomanana partait en tête et a obtenu davantage de ralliements que son rival, les Malgaches ne respectent pas forcément les consignes de vote, et la carte électorale est très fragmentée en fonction des milieux sociaux, des régions et des ethnies.

tm-liu/sd

© 1994-2013 Agence France-Presse

Agence France-Presse:

©AFP: The information provided in this product is for personal use only. None of it may be reproduced in any form whatsoever without the express permission of Agence France-Presse.