Rapport du Secrétaire général sur l’application de la résolution 1701 (2006) du Conseil de sécurité - Période du 5 novembre 2016 au 28 février 2017 (S/2017/201)

Report
from UN Security Council
Published on 08 Mar 2017 View Original

I. Introduction

1. Le présent rapport dresse un bilan détaillé de l ’application de la résolution 1701 (2006) du Conseil de sécurité depuis le rapport de mon prédécesseur, en date du 4 novembre 2016 (S/2016/931).

2. Mon Coordonnateur spécial pour le Liban a continué d ’offrir les bons offices de l’ONU, notamment en coordination avec le Groupe international d ’appui au Liban, pour aider le pays à régler ses problèmes de stabilité et de sécurité. La situation dans la zone d’opérations de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) est restée calme dans l ’ensemble. Les deux parties restent résolues à appliquer la résolution 1701 (2006). Toutefois, elles n’ont pas tiré profit du calme ambiant pour progresser dans l’exécution des obligations que leur impose la résolution et vers l’instauration d’un cessez-le-feu permanent.

3. Le Premier Ministre, Saad Hariri, a formé un nouveau gouvernement le 18 décembre 2016, approuvé par le Parlement le 28 décembre 2016, ce qui représente une avancée politique majeure. Le mandat du Parlement venant à expiration le 20 juin 2017, il est important que les préparatifs des élections conformément au calendrier électoral se poursuivent en conformité avec la Constitution du pays et sa pratique démocratique.

4. Par ailleurs, la stabilité et la sécurité du Liban demeurent tributaires de l’évolution de la situation dans la République arabe syrienne voisine. L’armée libanaise a continué de jouer un rôle de premier plan dans le maintien de la sécurité à la frontière avec la République arabe syrienne et sur tout le territoire du Liban, notamment en luttant contre les menaces que représentent les groupes terroristes extrémistes tels que l’État islamique d’Iraq et du Levant (EIIL) et le Front el-Nosra.

5. Au 31 décembre 2016, le nombre de réfugiés syriens enregistrés auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés s ’élevait à 1 011 366. Le Président Michel Aoun et le Premier Ministre Saad Hariri ont tous deux souligné à maintes reprises que la communauté internationale devait accroître son assistance à leur égard.

6. La situation dans les camps de réfugiés palestiniens est restée calme dans l’ensemble, sauf dans le camp d’Aïn el-Héloué, où de graves affrontements entre des militants extrémistes et des membres du Fatah ont fait des morts et empêché l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) de fournir certains services essenti els. La construction d’un périmètre de sécurité autour du camp d ’Aïn el-Héloué, commencée par l’armée libanaise en 2014, a repris à la fin du mois d ’octobre 2016, mais a été suspendue par la suite.