Haïti : Ouragan Matthew Réponse humanitaire et besoins prioritaires dans la Grand’Anse, mai 2017

Contexte

Le passage de l’ouragan Matthew a causé des dégâts très importants aux infrastructures (routes, écoles, centres de santé), aux abris, au secteur productif (agricole/pêche/petit commerce), etc. dans les zones rurales de la Grand’Anse, affectant très sévèrement les ménages y résidant (nombre estimé à 72 000 ménages, soit plus de 360 000 personnes).

On estime qu’environ 99% des ménages agricoles ont non seulement perdu toutes leurs réserves alimentaires et semencières mais aussi toute la production agricole d’été (aout à octobre 2016). La production fruitière a été lourdement touchée ainsi que le petit élevage et la pêche. Dès le début de la phase d’urgence, la communauté humanitaire a mis en place des programmes afin de permettre aux personnes vulnérables d’avoir accès aux vivres, à un abri, à des biens non alimentaires, à de l’eau potable, aux soins de santé, à l’éducation et la protection. L’aide d’urgence a été apportée aux populations sous forme de distributions humanitaires (vivres, biens nonalimentaires, tablettes Aquatabs, semences, kits d’urgence, etc.), de transferts monétaires conditionnels ou inconditionnels, de mise à disposition de services d’urgence tels que les cliniques mobiles et la distribution d’eau potable, et des activités de réhabilitation d’infrastructure (écoles, centres de santé, routes).

Bien que l’aide d’urgence ait eu des résultats positifs sur les ménages, une dégradation de la situation humanitaire a été constatée en mars / avril, principalement dans les zones isolées, qui se traduit par une décapitalisation très importante des ménages, un accès très limité aux vivres, l’incapacité des ménages à produire et à générer un revenu. Face à cela, les ménages adoptent des mesures de mitigation négatives à savoir l’augmentation de la production de charbon, le placement d’enfants dans des familles d’accueil familiales ou non, la migration vers les villes, la vente des biens non-alimentaires reçus, la non-scolarisation des enfants, la diminution du nombre de repas par jour, etc.

Face à ce constat, les autorités gouvernementales et la communauté humanitaire se sont mobilisés dans la mesure de leurs moyens pour répondre rapidement aux défis. Le présent document présente le contexte actuel, les principales activités réalisées par les partenaires humanitaires, les contraintes et les recommandations.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.