Haïti : Le gouvernement et l’ONU appellent à une intensification de la réponse à la sécheresse dans le Nord-Ouest

Report
from UN Stabilization Mission in Haiti
Published on 04 Apr 2014 View Original

Port-au-Prince, le 04 avril 2014- Une délégation conjointe du Gouvernement de la République d’Haïti et des Nations Unies s’est rendue le jeudi 3 avril 2014 dans la localité de Baie des Moustiques, à Port-de-Paix dans le Nord-Ouest du pays. La délégation comprenait le Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies en Haïti et Coordonnateur humanitaire résident, M. Peter de Clercq, des représentants du gouvernement haïtien dont le Secrétaire d’Etat à la production végétale, M. Fresner Dorcin, le Conseiller spécial du Premier ministre, M. Hébert Docteur, le Délégué du Nord-Ouest, M. Emmanuel Rémy, ainsi que plusieurs représentants du Système des Nations Unies en Haïti incluant le Programme Alimentaire Mondiale (PAM), l’Organisation Panaméricaine de la Santé (PAHO/OMS), l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), le Fond des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) et un représentant du Département de Développement de la Grande Bretagne (DFID).

La délégation a participé au dernier jour de distribution alimentaire organisée dans la zone par le PAM et les autorités départementales et locales. Ces distributions qui se sont tenues du 15 mars au 3 avril, ont bénéficié à 164,000 personnes vulnérables incluant des femmes et des enfants. Chaque bénéficiaire a reçu une ration familiale de 45 jours incluant des céréales, de l’huile fortifiée et du sel iodé. Cet effort fait partie d’une réponse plus large du Gouvernement d’Haïti et des Nations Unies à l’insécurité alimentaire et la malnutrition croissante dans la zone.

En effet, le Gouvernement de la République d’Haïti ainsi que ses partenaires sont particulièrement préoccupés par la situation qui se développe dans le Nord-Ouest. Les évaluations menées en février 2014 par la Coordination nationale pour la sécurité alimentaire (CNSA) ont fait état d’une détérioration accrue de la sécurité alimentaire dans la région, particulièrement dans les communes de Baie de Henne, Bombardopolis, Jean Rabel et de Môle St Nicolas. Les effets combinés de la mauvaise performance des saisons agricoles d’hiver et de printemps, la sécheresse prolongée depuis novembre 2013 et la période de soudure précoce et prolongée ont gravement affecté la sécurité alimentaire de la population.

« Nous travaillons avec les autorités haïtiennes pour mettre en œuvre des actions à court et moyen terme avec pour objectif d’augmenter la résilience des populations les plus vulnérables, afin de leur donner la capacité de mieux faire face aux crises potentielles dans le futur », a souligné M. de Clercq.

Conformément aux recommandations de la CNSA, plusieurs organisations nationales et internationales se sont mobilisées pour apporter une réponse d’urgence aux populations affectées. La réponse inclut des distributions de rations alimentaires d’urgence, la distribution de coupons permettant l’achat de produits alimentaires de base et la mise en place d’activités « argent contre travail » (cash for work) ciblant les familles les plus vulnérables. De plus, le ministère de l’Agriculture appuyé par la FAO va mettre des semences vivrières à la disposition des exploitations agricoles familiales les plus touchées et une assistance en semences plus résistantes aux sécheresses sera apportée à plusieurs groupements de production artisanale, en vue de réduire les risques futurs de perte de production. D’autres acteurs, comme la DINEPA et l’UNICEF étudient des interventions dans le domaine de l’eau et de l’assainissement à travers des programmes de constructions de latrines, de réhabilitation de réseaux d’eau et de forages de puits dans les zones touchées.

Toutefois, la réponse à cette situation d’urgence et à l’insécurité alimentaire globale du pays reste très limitée en raison d’un manque des ressources. « Nous apprécions le soutien des acteurs humanitaires qui nous ont aidé à apporter une première réponse immédiate aux besoins de la population dans cette zone. Nous appelons à une plus grande contribution des partenaires d’Haïti afin d’apporter une réponse durable à la situation dans le Nord-Ouest dans le cadre global de la lutte contre l’insécurité alimentaire qui touche encore 600 000 personnes dans le pays », a indiqué M. Hébert Docteur, Conseiller spécial du Premier ministre pour la sécurité alimentaire.