Haïti en état d’urgence suite au passage de l’ouragan Sandy

Report
from UN Stabilization Mission in Haiti
Published on 06 Nov 2012 View Original

Suite aux fortes pluies provoquées par le passage de l’ouragan Sandy au large des côtes haïtiennes du 23 au 26 octobre derniers, le Gouvernement haïtien a décrété l’état d’urgence pour venir en aide à plus d’un million et demi de personnes en situation d’insécurité alimentaire sévère, dans un contexte ou les ressources existantes sont limitées.

Selon le dernier bilan publié par la Direction de la protection civile (DPC), l’ouragan Sandy a fait 54 morts, 21 disparus et 20 blessés lors des inondations provoquées par trois jours de pluies consécutifs. Selon les évaluations du Gouvernement conduites avec le concours de la communauté internationale, les dégâts sur les infrastructures s’élèvent à 600 millions de dollars US, avec des routes et ponts coupés, 30 réseaux d’adduction d’eau détruits et 150 écoles détruites ou endommagées dans plus de la moitié des 140 communes d’Haïti.

Le secteur agricole a aussi été sévèrement affecté avec la destruction de 90.000 hectares de cultures et plus de 64.000 têtes de bétail emportées par les eaux. Ainsi, dans un communiqué paru ce mardi 6 novembre, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture estime à 74 millions de dollars US les besoins pour relever, au cours des 12 prochains mois, le secteur agricole suite au passage de Sandy. Selon la FAO, le secteur avait déjà été considérablement fragilisé par une sécheresse à la saison des cultures de printemps puis, deux mois plus tard, la destruction de 40% des récoltes lors du passage de la tempête tropicale Isaac sur le Sud de l’île.

Selon le Bureau pour la coordination de l’aide humanitaire (OCHA) en Haïti, un million et demi de personnes en situation d’insécurité alimentaire sont ainsi encore plus vulnérables, avec 2% des enfants de moins de cinq ans à risque de malnutrition sévère ou aigue. Le Programme alimentaire mondial, qui estime à 20 millions de dollars US les besoins alimentaires immédiats, distribue, en coordination avec les autorités haïtiennes, des rations alimentaires pour 100.000 personnes couvrant des besoins pour une durée de 21 jours, et 6,5 tonnes métriques de biscuits énergétiques pour 13.000 personnes évacuées dans des abris temporaires de la capitale Port-au-Prince et en Artibonite.

Le gouvernement a également distribué 36.800 paniers de solidarité consistant en denrées alimentaires et produits d’hygiène pouvant couvrir les besoins d’une famille de cinq personnes pendant 5 jours, ainsi que 61.000 bons d’urgence de 1.000 gourdes chacun, 25.000 repas chauds et 40.000 bouteilles d’eau. Pour sa part, l’Agence américaine pour le développement international (USAID) a distribué des bâches à 10.000 personnes affectées par les pluies, 6.400 couvertures et 12.500 kits d’hygiène, selon un communiqué de l’Ambassade des Etats-Unis en Haïti.

Les inondations ont détruit ou endommagé près de 34.000 maisons, près de 3.000 personnes sont toujours déplacées dans des abris d’urgence, la plupart sans perspective de retour, leurs maisons et leurs terres emportées par les pluies. A cela s’ajoute le sort de près de 5.300 déplacés du séisme vivant dans des camps laissés sans abris après le passage de Sandy. Face à cette situation, 6.510 bâches et 4.419 kits d’hygiène ont déjà été distribués dans les camps, et 3.400 autres kits dans 17 communes les plus affectées.

Alors qu’une centaine d’écoles sont fermées suite au passage de Sandy, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a entamé la distribution de kits scolaires à 40.000 élèves affectés par la perte du matériel scolaire et 100 tentes sont en cours de distribution pour permettre la reprise des cours pour 8.000 d’entre eux.

Vigilance choléra

A ce jour les eaux ont commencé à se retirer après les inondations survenues dans tout le pays, Le Ministère de la santé publique et de la population (MSPP) a pour sa part recensé 2.000 nouveaux cas de choléra et 21 morts depuis le passage de l’ouragan, notamment dans les départements des Nippes, du Sud et du Sud-est. Afin de limiter la propagation du choléra après les inondations alors que 22 facilités de traitement du choléra ont été détruites par les inondations, des équipes de la Croix-Rouge haïtienne, de la Direction de l’eau potable et de l’assainissement (DINEPA) et leurs partenaires sont mobilisées pour distribuer de l’eau potable, des produits de traitement de l’eau et des sels de réhydratation et réparer les 30 systèmes d’adduction endommagés par les eaux.

Enfin, une visite d’évaluation des autorités dans le Sud-est organisée par la MINUSTAH ce lundi 5 novembre a permis d’évaluer à 90% les dégâts sur les plantations dans 7 communes des 10 du département. Selon la DPC qui participait à l’évaluation aux côtés de ses partenaires humanitaires, les principales routes reliant ces 7 communes sont coupées. La Mission a transporté par voie maritime 350 kits alimentaires au profit des habitants de la zone, et prévoit d’appuyer la DPC dans la distribution cette semaine de kits d’hygiène contre le choléra.

Jonas Laurince/Sophie Boudre