Tanganyika - RD Congo : Note d’informations humanitaires du 21 juillet 2017

Faits saillants

• L’insécurité pousse plus de 25 000 personnes déplacées à fuir leurs sites d’accueil à Kalemie
• Quatre organisations humanitaires suspendent leurs activités dans les sites de Lukwangulo, Moni et Mukulu, Territoire de Kalemie, à cause de l’insécurité
• Le PAM au secours de 7 000 personnes vulnérables à Moba

Aperçu de la situation

Le 04 juillet dernier, plus de 25 000 personnes déplacées ont été contraintes de fuir de nouveau les sites d’accueil de Lukwangulo, Moni et de Mukuku suite à de violents affrontements survenus entre les Bantu et les Twa. Ces déplacés étaient arrivés dans ces sites de Kalemie entre les mois de janvier et avril 2017. Certains d’entre eux avaient été contraints de fuir plusieurs fois l’insécurité générée par les activités des milices Bantu et Twa au cours du trimestre dernier. Pour les mêmes raisons, d’autres mouvements de population ont été enregistrés dans les les villages de City Raha, Jérôme, Kamakanga, Lukwangulo, Mamba, Moni village et Mulengi, situés aux alentours de ces sites.
Au cours de ces affrontements intercommunautaires, de nombreux civils ont été tués et d’autres blessés. En outre, la majorité des habitations des villages Jérôme, Lukwangulo, Kamakanga et Mulengi ont été incendiées. Dans le site spontané de Moni, où vivent quelque 12 000 personnes, 219 abris d’urgence sur un total d’environ 735 construits pendant le mois de juin dernier par l’Armée du Salut, sur financement du Fond Humanitaire RDC, ont aussi été incendiés lors de ces affrontements.
A cause de cette insécurité et des déplacements forcés de leurs bénéficiaires, l’Armée du Salut,
AIDES, AVREO, OXFAM et Save Congo, qui intervenaient dans les sites de Lukwangulo, Moni et Mukuku, ont dû suspendre leurs activités humanitaires dans les secteurs des abris, de l’eau, hygiène et assainissement et de la protection.
Le 06 juillet dernier, une mission d’évaluation d’humanitaire conduite par OCHA dans la zone a constaté que la majorité des personnes qui se sont déplacées a été accueillie dans des écoles réparties dans quatre grands sites de regroupement et qu’une autre partie a trouvé refuge dans des familles d’accueil de la ville de Kalemie. En outre, l’ensemble des membres de la communauté Twa a également fui vers la forêt. Cette population est estimée à environ 8 000 personnes habitant la zone, dont les déplacés Twa accueillis dans le site de Lukwangulo depuis décembre 2016.
A cause de ces déplacements cycliques, les conditions d’existence de ces déplacés restent précaires, surtout pour ceux qui vivent dans des écoles. Les risques de protection auxquels sont exposées ces personnes demeure élevé du fait de l’absence de forces de sécurité dans la zone et de l’insécurité que continue de générer ce conflit intercommunautaire. D’après la mission d’évaluation, ces personnes déplacées ont des besoins urgents dans les secteurs de l’eau, de la santé, des vivres, de la protection, des abris et articles ménagers essentiels.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.