Situation humanitaire en République Démocratique du Congo - Note d’information à la presse, 21 août 2013

La communauté humanitaire préoccupée par la situation des civils dans la zone de Pinga (Nord-Kivu)

  • Quelque 1 500 personnes se seraient réfugiées autour de la base de la MONUSCO à Pinga à la suite d’une attaque de cette localité le 19 août par des hommes armés. D’autres personnes se seraient dirigées vers le sud notamment vers Lubero. Les populations civiles se retrouvent coincées dans les affrontements opposant des groupes armés dans la zone. La communauté humanitaire est très préoccupée par cette situation et appelle toutes les parties au conflit au respect strict du Droit international humanitaire et à épargner ainsi les civils des conséquences des affrontements. Depuis 2012, les populations de Pinga et ses environs sont exposées à des violences et conflits armés à répétition. Les experts de protection demandent aux parties de cesser les hostilités et de permettre ainsi aux populations affectées de bénéficier de l’assistance.

Près de 44 000 personnes déplacées au mois de juillet dans le Territoire de Pweto (Katanga) suite à la persistance de l’insécurité.

  • Plus de 43 800 personnes déplacées internes ont été enregistrées au mois de juillet dans le Territoire Pweto, selon une mission d’évaluation. Ces personnes fuient les incursions répétées des groupes Mayimayi ainsi que les opérations de ratissage effectuées par l’armée nationale. Les mouvements sont observés sur plusieurs axes autour de Pweto. Par ailleurs des cas de tentative d’enlèvement des personnes déplacées ont été rapportés dans le site spontané de Mwasi, à 25 km de Pweto. Les déplacés expriment des besoins urgents en soins de santé, en vivres et en articles ménagers essentiels.

  • Dans le Territoire de Mitwaba, les autorités locales empiètent sur l’action humanitaire, en intimant aux acteurs humanitaires d’assister des personnes non ciblées. Cette situation a déjà emmené les acteurs humanitaires à suspendre leurs activités sur le terrain. Des actions de plaidoyer sont menées au niveau des autorités provinciales dans le but de trouver une solution définitive à cette situation persistante.

10 personnes tuées dans la Plaine de la Ruzizi par des hommes armés. L’activité humanitaire réduite suite à l’insécurité.

  • Plusieurs personnes – dont le nombre n’est pas connu – ont fui la localité de Mutarule et ses environs dans la Plaine de la Ruzizi (Territoire d’Uvira) à la suite de la tuerie dix personnes de ce village lors d’une incursion nocturne d’hommes armés la semaine dernière. Les conditions sécuritaires ne permettent pas pour l’instant d’évaluer la situation et les acteurs humanitaires ont réduit leurs mouvements dans la zone. Les personnes déplacées se retrouvent à Lemera, Luvungi, Nyamutiri et Sange. Cette énième attaque risque d’exacerber le conflit intercommunautaire en cours dans la zone.
    En mars dernier, quelque 6 400 personnes s’étaient déplacées à la suite d’une attaque similaire qui avait résulté à la mort de quatre personnes

Des kits médicaux pour les femmes enceintes déplacées en Ituri

  • Grâce à un financement du Fonds commun humanitaire (Pooled Fund), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a remis plus de 3 700 trousses médicales (kits contraceptifs et d’accouchement) aux formations sanitaires qui prennent en charge les femmes déplacées enceintes à Mambasa Ce don a été fait à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale de l’aide alimentaire 2013.
UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.