Situation humanitaire en République Démocratique du Congo, Note d’information à la presse Spécial Nord-Kivu, 28 novembre 2012

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 28 Nov 2012

Environ 128 000 personnes encore déplacées à la suite des combats à Goma et ses alentours, la réponse humanitaire en cours.

• Quelque 128 000 personnes sont encore déplacées dans des sites à Goma et ses alentours. La plupart de ces personnes se sont déplacées à la suite des combats entre l’armée nationale et les combattants du Mouvement du 23 mars (M 23) dans la Province du Nord-Kivu. Plus de 11 000 personnes déplacées sont arrivées dans la zone de Minova, dans le Territoire de Kalehe (Sud-Kivu) en provenance de Kirotshe, Mugunga, Sake et Shasha dans le Nord-Kivu. Les partenaires humanitaires ont commencé à répondre aux différents besoins exprimés lors des évaluations initiées la semaine dernière.

• Au Nord-Kivu, plus de 81 000 personnes bénéficient actuellement d’une distribution des rations de vivres pour trois jours du Programme alimentaire mondiale (PAM). Cette distribution se fait au même moment qu’une assistance en articles non alimentaires. Au 26 novembre, plus de 13 300 ménages avaient déjà bénéficié de savon et de bidons du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) dans le cadre du mécanisme de Réponse rapide aux mouvements de populations (RRMP). 22 000 ménages (environ 110 000 personnes) sont visés par cette opération qui se poursuit.

• Au Sud-Kivu, certains acteurs humanitaires à Minova ont évacué leurs équipes ou les ont mises en veilleuse en attendant de voir l’évolution de la situation sécuritaire. Cette situation a perturbé la réponse humanitaire en cours dans la zone. Cependant, certains partenaires ont positionné de l’aide humanitaire notamment au niveau de Bukavu pour faire face à un éventuel afflux des déplacés en provenance de la Province du Nord-Kivu.

• A Minova, selon les sources humanitaires, des éléments de l’armée nationale ont occupé cinq écoles primaires et auraient utilisé les pupitres comme bois de chauffe. Ce qui peut compromettre la scolarité de plus de 5 000 élèves.

• Au moins 22 cas de viol par des des hommes en tenue militaire et des pillages de petit commerce ont été rapportés à Minova dans la nuit du 22 au 23 novembre. Ces viols ont été confirmés par le Bureau centrale de zone de santé. Les victimes ont été prises en charge dans le Centre de santé et l’Hôpital général de référence de Minova avec des trousses de prophylaxie post-exposition au viol (kit PEP).

• L’Organisation mondiale de la santé (OMS) prend actuellement en charge plus de 200 personnes blessées en traitement dans des centres de santé du Nord-Kivu et du Sud-Kivu. Les campagnes de vaccination prévues ont dû être suspendues en raison de l’insécurité en cours dans le Nord-Kivu.

• Contrairement à certaines rumeurs, les agences humanitaires des Nations Unies n’ont pas fermé certains de leurs bureaux à l’est du pays. Le personnel reste mobilisé, parfois dans des conditions très difficiles, pour assurer la continuité de l’assistance humanitaire. Certaines agences, comme le Programme alimentaire mondial, ont même renforcé leurs équipes pour faire face à la crise dans l’est.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.