Situation humanitaire en République Démocratique du Congo, Note d’information à la presse SPECIAL NORD-KIVU, 21 novembre 2012

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 21 Nov 2012

Importants déplacements de populations à la suite des combats autour de Goma, dans le Nord- Kivu. La communauté humanitaire se mobilise pour apporter une réponse à la crise.

Situation

• D’importants mouvements de populations sont observés depuis le 15 novembre dans et autour de Goma à la suite des combats entre l’armée nationale et le Mouvement du 23 mars (M 23). Les personnes déplacées se sont dirigées vers l’est de la ville de Goma notamment vers Sake, dans le Territoire de Masisi. Le camp de Kanyarutchina, à environ 10 km de Goma, qui hébergeait quelque 60 000 personnes déplacées s’est complètement vidé de sa population. De même, des mouvements de population ont été observés dans les sites de Mugunga III, Lac Vert et Bulengo.

• Quelque 25 000 personnes déplacées seraient arrivées à Sake en provenance des sites des déplacés. Certaines se dirigeraient vers Minova, dans le Territoire de Kalehe (Sud-Kivu). Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) au Sud-Kivu organise une réunion ce mercredi avec les partenaires pour préparer une réponse à l’afflux probable des déplacés. Selon les estimations, 50 000 déplacés pourraient arriver à Minova.

• A Goma, plusieurs ménages – parmi lesquels 500 enfants non accompagnés – ont trouvé refuge depuis le week-end dernier au centre Don Bosco, près de l’aéroport. Plusieurs personnes ont quitté la ville de Goma notamment vers le Rwanda voisin.

• Ce mercredi matin, des mouvements de retour sont signalés vers les sites des déplacés.

• L’insécurité qui a régné autour de Goma n’a pas permis aux acteurs humanitaires de procéder à une évaluation des besoins. La dégradation de la situation sécuritaire avait conduit à la suspension ou la réduction des activités de nombreuses organisations humanitaires, privant des milliers de personnes vulnérables de l’assistance humanitaire dont elles ont grandement besoin.

• Certains staffs des partenaires humanitaires qui avaient été évacués ou relocalisés pourraient rentrer dès ce mercredi à Goma. Une réunion de coordination humanitaire est prévue ce mercredi pour commencer les évaluations de la situation.

• La protection des civils reste une préoccupation dans la mesure où ces combats ont poussé des milliers de personnes au déplacement.

• Les prix des denrées alimentaires ont connu une forte hausse dans la ville de Goma ; les voies d’approvisionnement de la ville étant devenues impraticables du fait de l’insécurité.

Capacités de réponse humanitaire disponibles

• Les acteurs humanitaires disposent de stocks pour répondre dans l’immédiat aux besoins les plus urgents mais cette réponse est conditionnée par l’accès aux personnes vulnérables. Les premières évaluations pourraient être menées ce mercredi si les conditions le permettent.

• Dans le cadre du programme de Réponse rapide aux mouvements de populations (RRMP), cogéré par OCHA et UNICEF, des partenaires humanitaires sont prêts à intervenir dans les secteurs de l’eau, hygiène et assainissement dès que les conditions sécuritaires le permettent. Dans le cadre du même programme, des kits d’articles ménagers essentiels sont disponibles pour une distribution immédiate. Toujours dans le même cadre, des cliniques mobiles sont prêtes à être déployées sur les nouveaux sites de déplacement.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.