Situation humanitaire en République Démocratique du Congo Note d’information à la presse, 8 août 2012

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 08 Aug 2012

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies, Mme Valerie Amos, chargée des affaires humanitaires en visite en République Démocratique du Congo.

• La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies chargée des affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, Madame Valérie Amos, séjourne depuis le 6 août en République Démocratique du Congo. Madame Amos se trouve aujourd’hui dans la Province du Nord-Kivu pour se rendre compte par elle-même de la situation humanitaire sur le terrain et évaluer les efforts de partenaires humanitaires dans l’assistance aux personnes vulnérables. Avant de quitter Kinshasa, Madame la Secrétaire générale adjointe a eu des entretiens avec des officiels congolais notamment avec le Premier ministre Augustin Matata Ponyo avec qui elle a discuté des voies et moyens de renforcer la réponse humanitaire en RDC. Dans la capitale congolaise, elle a également eu des entretiens avec les responsables de la communauté humanitaire. Après le Nord-Kivu, Madame Valerie Amos, se rend jeudi au Rwanda où elle va notamment visiter un camp, qui abrite des réfugiés congolais.

L’UNICEF a besoin de plus de 133 millions de dollars pour répondre aux besoins des populations vulnérables en RDC, particulièrement des enfants et des femmes.

• Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a besoin de plus de 133 millions pour répondre aux urgences et limiter les conséquences de la crise sur les enfants et les femmes. Dans un rapport sur l’action humanitaire 2012 publié le 7 août, l’UNICEF se dit fortement préoccupé par la situation des populations vulnérables en RDC. Du fait de la guerre, des milliers d'enfants sont victimes de différentes sortes d'abus : viols, massacres, exploitation, enlèvement et travail forcé. Dans ce rapport, l’agence onusienne stigmatise aussi le recrutement des mineurs par des groupes armés, le pillage et l’incendie de 258 écoles au Nord-Kivu menaçant la scolarité de près de 60 000 enfants, la recrudescence des épidémies ainsi que des cas de malnutrition.

Par manque de financement l’ONG ALIMA va fermer ses unités de traitement de choléra dans le Bas-Congo, à l’Equateur et dans la ville de Kinshasa.

• L’ONG Alliance for International Medical Action (ALIMA) annonce la fermeture prochaine de 11 unités de traitement de choléra (UTC) dans les provinces du Bas-Congo, de l’Equateur et de la ville de Kinshasa à la suite d’un manque de financement. Les UTC de Boma, Kimbanza, Moanda et Nteva, dans le Bas-Congo, ainsi que deux UTC à Kinshasa connaîtront une réduction des activités à la mi-août jusqu’à la fermeture. De même, cinq UTC de la Province de l’Equateur connaîtront une réduction d’activités à la mi-septembre. A ce jour, les financements ne sont pas encore disponibles pour assurer les activités au-delà des dates mentionnées. Pourtant, des inquiétudes demeurent sur le front de la lutte contre le choléra. Au cours de la dernière semaine de juillet, l’ONG ALIMA avaient assuré la prise en charge médicale de 40 patients dans le Bas-Congo. L’ONG ALIMA est impliqué dans la surveillance, l’investigation et la riposte à l’épidémie de choléra.

Le District de l’Ituri (Province Orientale) se met en alerte à la suite de l’apparition des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola en Ouganda.

• Les acteurs humanitaires de l’Ituri se mobilisent à la suite de l’apparition de l’épidémie de fièvre hémorragique à virus Ebola (FHV) à 200 km de Kampala, en Ouganda. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la maladie a déjà occasionné 14 décès sur les 20 cas confirmés depuis le début du mois de juillet. La communauté humanitaire a demandé aux acteurs du secteur de la santé de mettre en place des mesures préventives. Le District de l’Ituri entretient un intense trafic avec l’Ouganda.

• 12 territoires de la Province Orientale sont classés en phase 3 de crise alimentaire et de moyens d’existence aiguë. Cette classification est basée sur l’analyse des données disponibles de différents territoires, relatives à la consommation alimentaire des ménages, l’évolution des moyens d’existence, l’état nutritionnel et la mortalité. Les territoires concernés sont Mambasa et Irumu (Ituri), Dungu, Faradje, Niangara et Wamba (Haut-Uélé), Aketi, Ango, Bondo, Buta (Bas-Uélé) et Bafwasende, Opala (Tshopo).

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.