Situation humanitaire en République Démocratique du Congo - Note d’information hebdomadaire du 25 juillet 2012

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 25 Jul 2012

Province Orientale : Un financement du Pooled Fund pour appuyer la lutte contre le paludisme dans le Bas-Uélé

Le Fonds Commun humanitaire de la RDC (Pooled Fund) vient d’allouer 375000 dollars pour l’approvisionnement en médicaments, notamment contre le paludisme, dans le District du Bas-Uélé. Cette allocation permettra à l’ONG internationale MEDAIR d’exécuter un projet d’appui à huit centres de santé pendant la période allant de juillet 2012 à juin 2013. Entre août 2011 et juin 2012, 24 867 cas de paludisme ont été traités dans les structures sanitaires appuyées par MEDAIR dont 14 162 cas d’enfants de moins de 5 ans.

En Province Orientale, le paludisme fait l’objet d’un plaidoyer actif de la part des organisations humanitaires. La semaine dernière, l’ONG Médecins Sans Frontières (MSF) avait appelé au renforcement urgent de la réponse contre le paludisme suite à une importante flambée des cas de paludisme rapportée dans plusieurs zones de santé, notamment dans les zones de Ganga – Dingila (District du Bas-Uélé).

Outre le paludisme et le choléra, les autorités sanitaires provinciales rapportent une expansion de l’épidémie de rougeole dans la Zone de santé de Yahuma (District de la Tshopo) où 148 cas dont neuf décès ont été notifiés dans la semaine du 16 au 22 juillet 2012. D’autres cas de rougeole ont été notifiés dans les zones de santé de Basoko et de Yahisuli.

Avec 2,2 millions de PDI, la population déplacée a augmenté de plus de 460 000 personnes en seulement six mois

L’augmentation du nombre de personnes déplacées internes (PDI), entamée depuis début 2012, continue, une conséquence directe de la situation sécuritaire qui ne cesse de se dégrader à l’est de la RDC. De 2 017 898 au 31 mars, le nombre de PDI est passé à 2 240 254 au 30 juin 2012, représentant une augmentation de plus 220 000 personnes au cours du second trimestre. Comparé au total de 1 776 663 rapporté au 31 décembre 2011, la population déplacée de la RDC a cru de plus de 460 000 personnes en seulement six mois. Cet accroissement résulte principalement, d’une part, de l’augmentation de plus de 24% de la population déplacée au Nord-Kivu qui abrite à elle seule près du tiers de la population déplacée nationale, et, d’autre part, de l’augmentation de plus de 100% de la population au Katanga qui, en un trimestre, est passé de 71 692 à 149 812. Bien que le nombre de PDI soit resté relativement stable dans d’autres provinces affectées, les mouvements forcés de personnes s’y poursuivent, surtout sous forme des mouvements pendulaires.

Avec 851 700 PDI fin juin, le Sud-Kivu reste la province la plus affectée par les déplacements. Les deux provinces de Kivu abritent plus de 68% de la population déplacée de la RDC. L’insécurité née de l’activisme des groupes armés est la cause principale des mouvements de populations. Les mouvements de retour sont restés sobres, une tendance qui remonte au dernier trimestre de l’année dernière. Au 30 juin, la population récemment retournée (moins de 18 mois) a été de 726 483 contre 684 448 en fin mars.

La réponse humanitaire aux besoins résultant de ces mouvements forcés des populations est malheureusement confrontée aux difficultés d’accès ainsi qu’à un faible financement.

867 000 dollars du CERF pour appuyer la logistique de la réponse humanitaire à la crise au Nord-Kivu

Le Fonds Central d’intervention d’urgence des Nations Unies (CERF) a alloué 867 000 dollars au Programme Alimentaire Mondiale pour un projet logistique dans le cadre de la réponse à la crise dans le Nord Kivu. Ce financement servira à l’acheminement de l’aide humanitaire et à la réhabilitation d’axes routiers importants dans les territoires du Masisi, Walikale et Rutshuru. Le PAM estime que près de 244 000 personnes, dont 45% de femmes et filles, tiront bénéfice de ce projet. Le CERF, examine en ce moment d’autres projets afin de donner les moyens financiers aux agences onusiennes et ONG de répondre efficacement à la crise. Ces dernières années, les financements humanitaires sont en baisse, ce qui a un impact sur les réponses à apporter. A ce jour, le Plan d’Action Humanitaire 2012, dont le montant initial de 719 millions a été augmenté à 791 millions, est actuellement financé à 35%.

Manque d’accès lié à l’insécurité : L’appui au secteur de la santé mis en mal dans les deux Kivu

L’insécurité persistante dans les deux provinces du Kivu prive des milliers de personnes vulnérables de l’assistance médicale de base. A cause de la précarité de la situation sécuritaire dans les Hauts Plateaux d’Uvira au Sud-Kivu, l’ONG Médecins sans frontières (MSF) a annoncé la semaine dernière l’arrêt de son programme régulier dans la zone, n’excluant pas par contre les interventions d’urgence. Par ailleurs, à cause de la relocalisation des staffs basés à Walikale au Nord-Kivu, MSF et International Medical Corps (IMC) ont également suspendu des activités médicales vitales dans la région. Ces suspensions récurrentes rendent l’accès aux soins de santé aléatoires. En juin dernier, Plus de 28 000 enfants de moins de cinq n’ont pas été vaccinés notamment contre la tuberculose, la polio, le tétanos, la coqueluche et l’hépatite au Sud-Kivu à cause de l’insécurité liée à l’activisme des groupes armés. Le manque d’accès expose des milliers de personnes, dont des enfants et des femmes enceintes, à des réels risques de santé pourtant évitables.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.