Situation humanitaire en République Démocratique du Congo - Note d’information hebdomadaire du 11 juillet 2012

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 11 Jul 2012

Nord-Kivu : Des centaines de milliers de personnes piégées par l’insécurité qui les prive de l’assistance nécessaire pour survivre.

La dégradation de la situation sécuritaire au Nord-Kivu depuis le début du mois d’avril a enregistré la semaine dernière un chapitre inquiétant avec la prise de contrôle de plusieurs localités dans le Territoire de Rutshuru par le mouvement armé « M-23 ».

Ce dernier développement est une source de préoccupation majeure pour les acteurs humanitaires qui veillent à la protection des civils et à l’assistance des personnes vulnérables. A ce jour, la situation sécuritaire n’a pas permis d’établir avec précision le nombre de personnes déplacées, où se sont-elles déplacées et quels sont leurs besoins immédiats. Plus de 220 000 personnes, dont 100 000 dans le Rutshuru, avaient déjà été déplacées entre avril et fin juin.

Cette insécurité persistante affecte les opérations humanitaires. Plusieurs organisations ont dû suspendre des activités, ou réorganisé leurs interventions, notamment dans le Rutshuru. Cependant aucune organisation n’a quitté le Nord-Kivu. Cette limitation d’accès prive des milliers de personnes vulnérables de l’assistance dont elles ont énormément besoin. L’accès humanitaire est primordial et les organisations en appellent à toutes les forces combattantes d’assurer que les acteurs humanitaires bénéficient d’un accès total et sans entrave aux populations.

Outre l’accès, la protection des civils est préoccupante dans les zones affectées. Le Cluster Protection est concerné par des informations faisant état des recrutements de mineurs dans les différentes localités du Territoire de Rutshuru, ainsi que par des cas de violence communautaire enregistrés dans la ville de Goma.

Avant l’aggravation actuelle de la crise, la communauté humanitaire faisait déjà face à l’insuffisance de financement pour assister des centaines de milliers des personnes vulnérables du Nord-Kivu dont une population déplacée interne estimée à près de 600 000 personnes. La détérioration actuelle de la situation met à très rude épreuve la capacité de réponse humanitaire. La communauté humanitaire a besoin des financements supplémentaires pour répondre aux nouveaux besoins nés de la crise actuelle.

Plus de 3 800 élèves de 10 à 13 ans non scolarisés suite aux conflits pourront retrouver l’école dès septembre grâce à un programme humanitaire de synthèse

3 875 enfants âgés de 10 à 13 ans qui n’ont pas pu commencer le cycle primaire ou qui l’ont interrompu suite aux conflits armés dans les deux provinces du Kivu, vont réintégrer le système public d’enseignement au cours de cette année scolaire. Ces enfants – dont 2 578 au Nord-Kivu et 1 300 au Sud-Kivu – ont suivi le programme d’urgence « Teachers’ Education Package – TEP » de l’ONG Conseil Norvégien pour les Réfugiés (NRC). Ce programme scolaire d’une année est une synthèse des programmes de deux premières années de l’école primaire. Ceux qui ont réussi au test d’intégration organisé par le Ministère congolais de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP) intégreront la troisième année primaire au début de l’année scolaire 2012 - 2013.

Par ailleurs, en partenariat avec l’UNICEF dans le cadre du Programme de Réponse rapide aux mouvements de populations (RRMP), NRC vient de débuter l’organisation des cours de récupération en faveur de 1 098 élèves déplacés dont 725 élèves de quatre écoles du Territoire de Rutshuru et 373 élèves sur l’axe Kabasha – Mataba, deux zones particulièrement affectées par la crise actuelle. Ces cours de récupération organisés en collaboration avec l’EPSP éviteront à ces élèves de perdre cette année scolaire à cause des conflits. Chaque année, grâce aux humanitaires, des centaines de milliers d’élèves affectés par des conflits armés à l’est de la RDC bénéficient des programmes d’éducation d’urgence.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.