RDC : pas de négociation avec les rebelles du M23 (gouvernement)

Report
from Agence France-Presse
Published on 19 Nov 2012

11/19/2012 12:15 GMT

KINSHASA, 19 nov 2012 (AFP) - Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) ne négociera pas avec les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23), a affirmé lundi son porte-parole Lambert Mende, réagissant à la demande des rebelles qui se trouvent aux portes de la ville de Goma, capitale du Nord-Kivu (est).

"On ne négocie pas avec une fiction, la fiction c'est le vide", a martelé le ministre Lambert Mende ajoutant que son gouvernement était "occupé à négocier avec l'agresseur réel au sein de la Conférence internationale sur la région des Grands-lacs (CIRGL)". "Même s'ils avaient pris Kinshasa, on ne négocierait pas avec eux", a-t-il poursuivi.

Le mouvement rebelle M23 dans l'est de la RDC a annoncé lundi qu'il "exigeait" du gouvernement dans un délai de 24 heures l'annonce de "l'ouverture de négociations politiques directes" et "la démilitarisation totale de la ville et de l'aéroport de Goma".

Si ces exigences ne sont pas satisfaites, le M23 qui attribue au gouvernement la responsabilité des derniers affrontements qui se sont conclus dimanche par la défaite de l'armée aux portes de Goma, annonce sa volonté de "poursuivre sa résistance contre le gouvernement de Kinshasa jusqu'à sa chute".

Pour M. Mende, Kinshasa " se refuse à commenter ces élucubrations irrationnelles", estimant que les M23 étaient "des Force fictives mise en place par le Rwanda pour dissimuler ses activites criminelles en RDC"

"Nous n'allons pas (...) prêter notre concours à un Etat agresseur pour lui permettre de se dédouaner des pressions internationales qui sont en train de fondre sur lui en désignant un autre agresseur en l'occurence le fameux M23", a expliqué le ministre.

Dimanche midi, après l'intervention d'hélicoptères de l'ONU pour protéger les abords de l'aéroport, le M23 s'est arrêté à Munigi, à 5 km du centre de Goma. Les membres du gouvernement provincial et de nombreux responsables civils et militaires avaient fui la ville pour Bukavu, la capitale du Sud-Kivu.

atk/pb/aub

© 1994-2012 Agence France-Presse

Agence France-Presse:

©AFP: The information provided in this product is for personal use only. None of it may be reproduced in any form whatsoever without the express permission of Agence France-Presse.