RD Congo : Flash update UELE au 23 janvier 2014

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 23 Jan 2014

Medair se retire du Haut-Uele mais maintient sa présence dans le Bas-Uele

Contexte et faits majeurs Plusieurs observateurs font état du maintien de la capacité de nuisance des combattants de l’Armée de résistance du seigneur (LRA) avec des vagues de déplacements de populations en Territoire de Bondo (District du Bas-Uele) en décembre dernier. Le nombre d’attaques enregistré est resté sensiblement le même en 2013 (164) comparativement à 2012 (169). L’on a noté, en revanche, plus de tuerie et d’enlèvements. Par ailleurs, plusieurs populations qui se sont déplacées et qui ont commencé à retourner dans leurs milieux d’origine pourront se décourager, faute de mesure d’accompagnement.

C’est dans ce contexte que l’ONG internationale Medair vient d’annoncer la fin de ses activités et son retrait du Haut-Uele à compter du 25 janvier 2014.

Dans le Haut-Uele, l’ONG Medair a piloté un projet d'appui aux soins de santé primaires, avec un financement ECHO qui a malheureusement pris fin le 31 décembre 2013.

En revanche, Medair maintient sa présence dans le Bas-Uele, où elle mène des travaux de réhabilitation de ponts, grâce à un financement du Pooled Fund et un projet d’appui dans 13 aires de santé sur les 23 que compte le district du Bas-Uele, avec un financement de l’OFDA.

Avant Medair, faute de financement, onze organisations non gouvernementales internationales se sont désengagées du Haut-Uele et du Bas-Uele depuis 2013, à savoir, ACF-USA, ACTED, CESVI,
COOPI, DRC, SAVE THE CHILDREN, OXFAM GB, MSF BELGIQUE, SPONSORING CHILDREN,
PREMIERE URGENCE.

Les ONG Internationales encore opérationnelles dans les Uele sont INVISIBLE CHILDREN,
INTERSOS, MERCYCORPS, MSF SUISSE, WHH, SOLIDARITES INTERNATIONAL et MEDAIR ANGO.

Conséquences humanitaires

• Dans les Centres de santé de ces deux districts où l’ONG Medair a mis fin à son projet de gratuité de soins de santé primaire, les taux d’utilisation ont partout baissé, les difficultés ont fait surface. Les populations refont recours à la médecine traditionnelle et aux soins à l’indigénat. Les femmes accouchent à la maison dans des conditions que l’on sait au village.

• En 2013, entre Juillet et Septembre, il a été fait mention de 4075 personnes retournées sur l'axe nord : Duru – Bitima, 2465 personnes retournées à Diagbe, et 4165 personnes retournées sur l'axe Mbaraza – Mabuluku. En outre, la communauté humanitaire a redouté de voir près de 40 000 personnes dont le mouvement de retour, dans le Haut-Uele, risquait d'être estompé par la détérioration de la situation sécuritaire, d’une part, et découragé par ces désengagements, d’autre part.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.