Province de Bandundu/Les priorités du BDOM Popokabaka en 2013 : Supervisions dans les structures sanitaires et tenue de réunions des responsables

Report
from Caritas
Published on 09 Jan 2013 View Original

Kinshasa, le 9 janvier 2013 (caritasdev.cd) : En cette nouvelle année 2013 qui vient de commencer, le BDOM-Bureau Diocésain des Œuvres Médicales (catholiques) Popokabaka, dans la province de Bandundu, en République Démocratique du Congo, entend assurer des supervisions dans les structures sanitaires qu’il coordonne sur tout le territoire diocésain.

Le Bureau Diocésain des Œuvres Médicales (catholiques) Popokabaka va aussi en cette année 2013 organiser des réunions des responsables de ces structures sanitaires. C’est ce qu’a fait récemment savoir à caritasdev.cd à Kinshasa son Directeur ad intérim monsieur Claret PELENDE Songisa. Ledit BDOM n’est en fait devenu vraiment fonctionnel qu’au cours de l’année écoulée 2012, rapporte caritasdev.cd

Le BODM Popokabaka reprendra donc en 2013 ses supervisions dans toutes les structures médicales à travers le Diocèse du même nom. Cela lui permettra d’en finir avec l’état des lieux de ces structures en train d’être dressé et dont 3 sur les 13 formations sanitaires de la place ont reçu, dans le cadre de cette activité, la visite du BDOM Popokabaka. La réunion de tous les responsables des structures sanitaires programmée en 2013 se déroulera selon une fréquence de deux fois par an.

  • Réhabilitation nutritionnelle de 2.017 enfants et femmes

Le BDOM Popokabaka a été intégré depuis 2009 dans la Caritas-Développement Popokabaka. Durant les trois ans qui ont suivi depuis, ledit BDOM a été dirigé par la Sœur RIA à partir de Kasongolunda. M. Claret PELENDE Songisa, l’actuel Directeur (ad intérim), est entré en fonction, suivant sa lettre de nomination, le 22 novembre 2012. En cette année susmentionnée, le BDOM Popokabaka a réalisé un projet de la réhabilitation nutritionnelle des enfants, femmes enceintes et allaitantes dans 6 Zones de santé soutenues par la Caritas Congo. Au total cette réhabilitation nutritionnelle a touché 2.017 enfants et femmes. Le BDOM Popokabaka a commencé en cette même année déjà à faire l’état des lieux des structures sanitaires. On en compte 13 sous la coordination du BDOM Popokabaka, à savoir 2 Hôpitaux généraux de référence (Kasongolunda et Popokabaka), 1 Hôpital secondaire de Imbela, 1 Centre hospitalier Maria Rafols de Mukila ainsi que 7 Centres de santé de référence. Le BDOM Popokabaka a bénéficié de l’appui du projet PAM dans le cadre de la réhabilitation nutritionnelle. L’appui a été en huile, en mélange de soja et de farine de maïs et en sucre.

  • Soutien de l’Evêque, mais difficulté d’approvisionnemnt en médicaments dans les structures sanitaires, manque de matériel roulant pour le bureau et absence d’appui

Selon M. Claret PELENDE Songisa, Mgr Louis NZALA, l’Evêque de Popokabaka, s’emploie à ce que le BDOM Popokabaka marche et ses activités évoluent pour un bon suivi de celles des formations sanitaires du Diocèse. Le Directeur ad intérim du BDOM Popokabaka a signalé que Mgr Louis NZALA appuie le bureau en matériel, dont des outils de bureau. M. Claret PELENDE Songisa a également signalé que le BDOM Popokabaka couvre 6 Zones de santé : Popokabaka, Boko, Kasongolunda, Wambaluadi, Kitenda et Tembo. Ledit Bureau fait face à des difficultés : approvisionnement en médicaments dans les structures sanitaires rendu ardu à cause de la distance et de la non-existence d’un dépôt pharmaceutique, manque de matériel roulant pour le bureau et ses activités de supervision et absence d’appui.

  • Malnutrition, paludisme et pneumonie

Les maladies courantes dans le diocèse de Popokabaka où œuvre le BDOM du même nom sont la malnutrition, le paludisme et la pneumonie ou infection respiratoire aigüe. On y note aussi un taux élevé des PVV à cause des refoulés d’Angola ainsi que la violence sexuelle dont souffrent les femmes.

Le BDOM Popokabaka compte 5 unités comme ressources humaines qui sont le Directeur ad intérim, un superviseur, un comptable, un secrétaire et une sentinelle… Son objectif est d’assurer le suivi des activités et l’ appui aux structures sanitaires. Il a démarré ses activités avec la Soeur RIA en 2001. La Sœur Chrétienne MANDOMBE a été nommée en 2011 pour la diriger comme Directrice, sans cependant que ce BDOM arrive à fonctionner.[003/2013]

JOSEPH KIALA