Plan de Réponse Humanitaire, Janvier - Décembre 2016

preview

APERÇU DE LA CRISE :

Une crise humanitaire aux proportions massives a plongé 7,5 millions de personnes dans le besoin d’assistance humanitaire et de protection, soit près de 9% de la population de la République démocratique du Congo (RDC) projetée pour 2016.

Une crise complexe et prolongée

Des décennies de chocs successifs ont intensifié les besoins humanitaires et la vulnérabilité de la population congolaise. Celle-ci fait face aux conséquences des violences et des conflits, ainsi que des flambées épidémiques, de la malnutrition et de l’insécurité alimentaire. Au moins 8,2 millions de personnes sont touchées, dont 1,6 millions de personnes déplacées.
Environ 4,5 millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire, et presque la moitié des enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique.

Plusieurs régions de la RDC continuent de faire face à une grande insécurité, entraînant de nouveaux déplacements d’une moyenne de 3 000 personnes chaque jour en 2015. En outre, le pays souffre également des conséquences de dynamiques politico-sécuritaires dans la région des Grands Lacs. Les mouvements de population à l’intérieur du territoire et depuis les pays voisins aggravent les niveaux déjà très élevés de vulnérabilité des 1,2 millions de Congolais (constituant 250 000 ménages) qui les hébergent, générant ainsi des besoins humanitaires supplémentaires.

En 2016, la RDC continuera d’accueillir ceux qui sont touchés par la violence et l’insécurité dans les pays voisins. Les tendances épidémiologiques et de protection indiquent en outre la probabilité d’une augmentation des besoins humanitaires liés à la situation intérieure. Au final, 7,5 millions de Congolais – soit 9% de la population projetée pour 2016 - auront besoin d’une aide humanitaire d’urgence.

Une nouvelle approche

L’analyse de la crise, menée par la communauté humanitaire à travers tout le pays, a permis de dégager ses principaux moteurs ainsi que ses manifestations les plus importantes :

  • L’Ouest du pays n’est pas épargné.

Bien que l’Est de la RDC demeure la partie du pays la plus frappée par la crise avec plus d’1,6 millions de déplacés internes fin 2015, les besoins humanitaires se manifestent sur l’ensemble du territoire. 2,9 millions de personnes dans le besoin d’assistance humanitaire, représentant près de 40% du nombre total, vivent dans les vingt provinces du Centre et de l’Ouest du pays, notamment la Tshopo, les Nord- et Sud-Ubangi et le Sankuru.

  • Une meilleure compréhension de la nature des besoins.

La typologie de crises humanitaires utilisée ces dernières années ne permettait pas suffisamment de faire apparaitre les problématiques aiguës de protection et d’insécurité alimentaire. En 2016, 6,5 millions de personnes auront besoin d’une assistance en protection et 1 million de personnes seront en situation d’urgence alimentaire.

  • L’importance de données fiables et actuelles.

L’existence de données fiables et actualisées est une précondition essentielle pour une prise de décision efficace. C’est aussi un élément clé de la redevabilité envers les populations nécessitant une assistance humanitaire. En outre, pour être utiles, ces données doivent être en rapport avec les besoins identifiés, la réponse proposée et le contexte d’intervention. Des lacunes importantes ont été constatées quant à la collecte, au traitement et à l’analyse de ces données. En 2016, nous devrons redoubler d’efforts dans ce domaine et porter une attention particulière à la désagrégation des données par âge et par sexe afin de mieux répondre aux besoins spécifiques des personnes vulnérables.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.