Nord-Kivu : 15 000 déplacés vivent difficilement à Mayi Moya, selon la société civile

Report
from Radio Okapi
Published on 10 Mar 2013 View Original

Quinze mille déplacés ayant fui les combats, vendredi 8 mars, entre militaires et rebelles ougandais de l’ADF/Nalu à Erengeti, à 50 km au Nord de Beni (Nord-Kivu), ont besoin de l’assistance humanitaire. Le porte-parole de la société civile du Nord-Kivu, Omar Kavota, a indiqué que ces habitants, réfugiés à Mayi Moya, à une dizaine de kilomètres d’Erengeti, passent nuit dans des écoles à même le sol.

Omar Kavota parle d’une situation inquiétante et demande aux autorités de rétablir urgemment la sécurité à Erengeti pour que ces déplacés retournent chez eux.

De leur côté, les autorités politico-administratives du territoire de Beni appellent la population à regagner cette localité, affirmant que la situation est sous contrôle des services de sécurité.

Des sources locales signalent un retour timide de certains habitants à Erengeti.

On rapelle que de violents combats avaient éclaté vendredi à 17h30 (heure locale) entre les FARDC et les [rebelles des ADF/Nalu]9http://radiookapi.net/actualite/2013/02/11/nord-kivu-les-adfnalu-enleven...) et ont duré une heure et demie, selon les mêmes sources.

Le président de la société civile du territoire de Beni avait avancé un bilan de trois blessés et un officier supérieur des FARDC tué au cours de ces affrontements.

Le commandant second du 807e régiment des FARDC basé à Eringeti, colonel Louis Mutuyezu, avait confirmé ces accrochages qui, selon lui, avait trois militaires blessés et deux rebelles ougandais tués.

Ces combats, selon Le commandant second du 807e régiment des FARDC, faisaient suite à une tentative d’un groupe des rebelles ougandais d’occuper le camp militaire de Sana, où est installé l’état-major du 807erégiment des FARDC.

Radio Okapi:

Copyright Radio Okapi