Maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo (27 août 2014)

Report
from World Health Organization
Published on 27 Aug 2014 View Original

Épidémiologie et surveillance

Le 26 août 2014, le Ministère de la Santé de la République démocratique du Congo (RDC) a notifié à l’Organisation mondiale de la Santé une flambée de maladie à virus Ebola dans la province de l’Équateur.

Le cas indicateur était une femme enceinte du village d’Ikanamongo qui a découpé un animal de brousse tué et donné par son mari. Elle est tombée malade en manifestant des symptômes de maladie à virus Ebola et s’est présentée dans un dispensaire privé au village d’Isaka. Le 11 août 2014, elle est décédée d’une fièvre hémorragique qui n’avait pas encore été identifiée. Les coutumes locales et les rites funéraires ont fait que plusieurs agents de santé ont été exposés et ont présenté des symptômes similaires la semaine suivante.

Entre le 28 juillet et le 18 août 2014, au total 24 cas suspects de fièvre hémorragique, avec 13 décès, ont été identifiés. La transmission interhumaine s’est établie et a concerné des personnels de santé exposés à la femme enceinte décédée au cours d’une opération (un médecin et deux agents infirmiers), en plus d’un hygiéniste et d’un garçon de salle, qui ont tous développé des symptômes et sont morts. D’autres décès ont été enregistrés parmi les parents qui se sont occupés du cas indicateur, ceux qui ont été en contact avec le personnel du dispensaire et ceux qui ont pris en charge les corps des défunts pour les funérailles. Les autres 11 cas sont actuellement en traitement dans des centres d’isolement.

Des échantillons ont été envoyés aux laboratoires à Kinshasa et au Gabon pour confirmer la maladie à virus Ebola et identifier la souche. Le cas indicateur et les 80 contacts n’ont pas voyagé récemment dans les pays affectés par l’épidémie en Afrique de l’Ouest (Guinée, Libéria, Nigéria et Sierra Leone) et n’ont pas été en contact avec des personnes venant de zones affectées. À l’heure actuelle, on pense qu’il n’y a aucun lien entre la flambée en RDC et celle en Afrique de l’Ouest.

Action du secteur de la santé

Le Ministère de la Santé de la RDC a dépêché dans la zone des équipes de terrain pour surveiller et évaluer la situation. La recherche des contacts a commencé et 80 personnes sont actuellement suivies. Le traitement des patients est en cours et des mesures de lutte contre l’infection et de prévention ont été prises, avec le soutien de l’OMS qui a distribué des équipements de protection individuelle dans cette zone.

L’OMS surveille actuellement la situation avec les autorités de la RDC et attend la confirmation de la souche virale par les laboratoires. Une équipe d’intervention rapide se tient prête à être déployée et à aider la RDC si nécessaire. Depuis 1976, c’est la septième flambée d’Ebola dans l’ex-Zaïre devenu la RDC.

L’OMS ne recommande pas d’imposer des restrictions aux voyages ou au commerce, sauf dans le cas de personnes pour lesquelles la maladie à virus Ebola est confirmée ou suspectée, ou de personnes qui ont été en contact avec des cas d’Ebola. (Sont exclus de la liste des contacts, les agents de santé et les personnels de laboratoire qui se sont correctement protégés.) Les recommandations provisoires du Comité d’urgence concernant les mesures à prendre par les pays peuvent être consultées ici :

Déclaration de l’OMS sur la réunion du Comité d’urgence du Règlement sanitaire international concernant la flambée de maladie à virus Ebola en Afrique de l’Ouest en 2014