Le Conseil des droits de l'homme est saisi de rapports sur l'assistance et le renforcement des capacités

Report
from UN Human Rights Council
Published on 25 Sep 2013 View Original

APRES MIDI

25 septembre 2013

Sri Lanka, le Yémen, la République démocratique du Congo et le Cambodge réagissent aux rapports les concernant

Le Conseil des droits de l'homme a poursuivi, cet après-midi, ses travaux consacrés à l'assistance technique et au renforcement des capacités des États dans le domaine de la promotion et la protection des droits de l'homme. Il a été saisi, dans ce cadre, de rapports préparés à sa demande par le Haut-Commissariat aux droits de l'homme et le Secrétaire général de l'ONU concernant Sri Lanka, le Yémen, la République démocratique du Congo et le Cambodge. Les délégations concernées sont intervenues. Un rapport sur la République centrafricaine a été examiné lors de la séance précédente.

Présentant une mise à jour s'agissant de la question de la réconciliation et de la responsabilité à Sri Lanka, la Haut-Commissaire se félicite de l'excellente coopération des autorités de ce pays lors de sa visite, au cours de laquelle elle a pu discuter notamment de la mise en œuvre des recommandations de la «Commission sur les leçons tirées du conflit et la réconciliation». La Haut-Commissaire encourage le Gouvernement à établir d'ici à mars 2014 un processus national crédible pour faire en sorte que les responsables des crimes répondent de leurs actes. En l'absence d'un tel processus, la Haut-Commissaire estime que la communauté internationale devra instituer ses propres mécanismes d'enquête. La délégation de Sri Lanka a indiqué être ouverte à la coopération technique en complément de son propre processus de réconciliation, mais a déploré l'attention excessive qui lui est accordée et qui répond aux intérêts de certains.

Le rapport sur la situation des droits de l'homme et les activités du Haut-Commissariat en République démocratique du Congo montre que la majorité des violations des droits de l'homme commises dans ce pays depuis avril 2012 sont imputables au Mouvement du 23 mars (M23), ainsi qu'aux autres groupes profitant du vide laissé par le redéploiement des Forces armées contre le M23. La Ministre de la justice et des droits humains de la République démocratique du Congo, Mme Wivine Mumba Matipa, a déclaré que les efforts du pays pour promouvoir les droits de l'homme sont sévèrement affectés par les conséquences de la guerre déclenchée par le M23, instrumentalisé par le Rwanda. Aussi le Gouvernement lance-t-il un nouvel appel à la communauté internationale pour qu'un appui lui soit accordé dans son effort d'éradication des groupes armés qui agissent dans l'Est du pays.

Le rapport sur la situation des droits de l'homme au Yémen salue un certain nombre de progrès accomplis dans ce pays, comme par exemple la convocation de la Conférence pour le dialogue national, en mars 2013. La Haut-Commissaire est préoccupée par la répression violente de manifestations pacifiques et par la poursuite du recrutement d'enfants par les forces armées et les groupes armés. La volonté et la détermination de régler les problèmes en suspens ne manquent pas, a répondu Mme Houda Ali Abdellatif Alban, Ministre des droits de l'homme du Yémen, qui a assuré que son pays collabore avec la communauté internationale afin de parvenir à un règlement politique et à la réconciliation nationale.

Le rapport sur le rôle et l'action du Haut-Commissariat dans l'assistance au gouvernement et au peuple du Cambodge exprime l'espoir du Secrétaire général que le Cambodge lancera, comme promis, un programme ambitieux de réforme des institutions jouant un rôle clé dans la promotion et la protection des droits de l'homme, notamment le système judiciaire et l'Assemblée nationale. La délégation du Cambodge s'est félicitée des efforts déployés au Cambodge par la Haut-Commissaire en matière de d'assistance technique dans le domaine des droits de l'homme, notamment pour la mise en œuvre des recommandations issues de l'Examen périodique universel.

Le Conseil tiendra un débat général sur l'assistance technique demain, à partir de 10 heures. Il se prononcera sur des projets de résolutions et décisions dont il est saisi à la présente session, qui se termine vendredi.