La Province Orientale lance le Plan d’Action Humanitaire 2012 sur fond de crise sanitaire

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 13 Feb 2012

(Bunia, 13 février 2012)- La communauté humanitaire de la Province Orientale a procédé au lancement local du Plan d’Action Humanitaire (PAH) 2012 de la République Démocratique du Congo, un appel de fonds annuel lancé par les Nations Unies qui pour cette année sollicite 718 millions de dollars pour répondre aux urgences humanitaires à travers le pays, un lancement qui intervient alors que la province traverse une grave crise sanitaire.

Le représentant du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) en Province Orientale, Alexis Kamanzi, a dressé le bilan des réponses et réalisations de la communauté humanitaire face aux différentes crises humanitaires en 2011 ainsi que les défis continuels et émergents qui se présentent au début de 2012 dans cette province situé dans le nord-est du pays : « La Province Orientale a été confrontée à plusieurs problèmes humanitaires, entre autres la résurgence d’épidémies, les déplacements de population, les conflits fonciers, des problèmes de protection ’’, a résumé Kamanzi.

Des nombreux partenaires étatiques ont participés au lancement du HAP. Parmi eux, le représentant du Gouverneur de la province, Norbert Mosunga, qui dans son discours a lancé un appel aux bailleurs de fonds pour qu’ils continuent à financer l’action humanitaire : « Nous ne saurons manquer de lancer un appel pathétique aux bailleurs de fonds pour qu’ils ne se lassent pas de venir au chevet de la frange des populations meurtries », a dit Mosunga.

Selon la représentante de Bunia international non governmental organisations (BINGO), Séverine Ramis, les organisations internationales de la province saluent les avancées dans la coordination et la collaboration faites ces derniers mois avec le Ministère du Plan. Elles souhaitent que 2012 marque la continuité de cette approche avec pour premier objectif garantir le respect des droits humains et l’accès aux services de populations congolaises les plus vulnérables.

Le lancement du HAP 2012 intervient alors que la province est en proie à une grave crise sanitaire marquée par des maladies qui continuent d’endeuiller des familles et nécessitent l’intervention des acteurs humanitaires.

Dans le District de l’Ituri, 1 024 cas de choléra dont 30 décès ont été enregistrés entre le 5 décembre 2011 et le 5 février 2012. La Zone de Santé de Tchomia est la plus touché, ayant enregistré à elle seule 797 cas, soit 78% du nombre total de cas. Selon Oxfam Grande-Bretagne, cette flambée est due, entre autres, à la consommation de l’eau non potable du Lac Albert ; à l’absence d’ouvrages car la quasi-totalité des structures installées depuis 2008 est défectueuse. Oxfam indique aussi que plus de 60% des ménages ne disposent pas de latrines appropriées.

Une forme aigue de paludisme fait aussi ravage dans la province depuis l’année dernière où durant les seules trois premières semaines de l’année, 17 736 cas dont 28 décès ont été enregistrés. Les zones de santé de Basoko, Viadana et Yahuma figurent parmi les plus touchées.

Maladie infantile transmissible reconnaissable par des boutons rougeâtres, la rougeole persiste dans la province. L’organisation internationale non-gouvernementale Médecins Sans Frontières (MSF) a lancé une campagne de vaccination contre cette maladie à Dungu, dans le District du Haut Uele. Cette campagne vise près de 24 000 enfants âgés de 6 mois à 15 ans. En janvier, MSF a vacciné 11 000 enfants de la ville de Faradje où près de 200 cas de rougeole avaient été enregistrés lors du dernier trimestre de 2011. La campagne de vaccination est conduite avec les autorités congolaises et s’achèvera le 11 février prochain. En 2011, plus de 131 000 cas de rougeole ont été enregistrés à travers le pays, selon l’Organisation Mondiale de la Santé.

Les campagnes de vaccination de MSF figurent parmi les actions menées par les travailleurs humanitaires pour répondre aux besoins humanitaires Cependant dans l’ensemble, la réponse n’a pas permis de juguler ces crises, en raison des défis sécuritaires et logistiques ; l’absence de partenaire sur le terrain, ou souvent, l’absence de médicaments.

Le Plan d’action humanitaire (PAH) 2012 de la RDC représente la stratégie commune des organisations humanitaires, notamment les agences des Nations Unies et les organisations non gouvernementales, pour répondre de manière coordonnée aux nombreux besoins humanitaires des populations et redonner espoir aux familles et communautés dont les vies et les moyens de subsistance ont été affectés par des conflits, des épidémies, des catastrophes naturelles, ainsi que par l’indisponibilité des services sociaux de base.

Dans un contexte où le calendrier électoral et la crise sécuritaire dans le Nord Kivu et Sud Kivu dominent l’actualité, la Province Orientale nécessite une attention accrue. Il est primordial que les autorités congolaises – premières responsables du bien-être des Congolais – puissent s’investir de manière conséquente dans la réponse à cette crise sanitaire et créer les conditions pour faciliter le travail des acteurs humanitaires. Le Plan d’Action Humanitaire 2012 a été lancé le 1 février à Bukavu par le Coordonnateur humanitaire Fidele Sarassoro pour une enveloppe totale de 718 millions de dollars. Depuis des années, des millions de Congolais se tournent vers la communauté humanitaire pour leur survie.
(Bunia, 13 février 2012)- La communauté humanitaire de la Province Orientale a procédé au lancement local du Plan d’Action Humanitaire (PAH) 2012 de la République Démocratique du Congo, un appel de fonds annuel lancé par les Nations Unies qui pour cette année sollicite 718 millions de dollars pour répondre aux urgences humanitaires à travers le pays, un lancement qui intervient alors que la province traverse une grave crise sanitaire.

Le représentant du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) en Province Orientale, Alexis Kamanzi, a dressé le bilan des réponses et réalisations de la communauté humanitaire face aux différentes crises humanitaires en 2011 ainsi que les défis continuels et émergents qui se présentent au début de 2012 dans cette province situé dans le nord-est du pays : « La Province Orientale a été confrontée à plusieurs problèmes humanitaires, entre autres la résurgence d’épidémies, les déplacements de population, les conflits fonciers, des problèmes de protection ’’, a résumé Kamanzi.

Des nombreux partenaires étatiques ont participés au lancement du HAP. Parmi eux, le représentant du Gouverneur de la province, Norbert Mosunga, qui dans son discours a lancé un appel aux bailleurs de fonds pour qu’ils continuent à financer l’action humanitaire : « Nous ne saurons manquer de lancer un appel pathétique aux bailleurs de fonds pour qu’ils ne se lassent pas de venir au chevet de la frange des populations meurtries », a dit Mosunga.

Selon la représentante de Bunia international non governmental organisations (BINGO), Séverine Ramis, les organisations internationales de la province saluent les avancées dans la coordination et la collaboration faites ces derniers mois avec le Ministère du Plan. Elles souhaitent que 2012 marque la continuité de cette approche avec pour premier objectif garantir le respect des droits humains et l’accès aux services de populations congolaises les plus vulnérables.

Le lancement du HAP 2012 intervient alors que la province est en proie à une grave crise sanitaire marquée par des maladies qui continuent d’endeuiller des familles et nécessitent l’intervention des acteurs humanitaires.

Dans le District de l’Ituri, 1 024 cas de choléra dont 30 décès ont été enregistrés entre le 5 décembre 2011 et le 5 février 2012. La Zone de Santé de Tchomia est la plus touché, ayant enregistré à elle seule 797 cas, soit 78% du nombre total de cas. Selon Oxfam Grande-Bretagne, cette flambée est due, entre autres, à la consommation de l’eau non potable du Lac Albert ; à l’absence d’ouvrages car la quasi-totalité des structures installées depuis 2008 est défectueuse. Oxfam indique aussi que plus de 60% des ménages ne disposent pas de latrines appropriées.

Une forme aigue de paludisme fait aussi ravage dans la province depuis l’année dernière où durant les seules trois premières semaines de l’année, 17 736 cas dont 28 décès ont été enregistrés. Les zones de santé de Basoko, Viadana et Yahuma figurent parmi les plus touchées.

Maladie infantile transmissible reconnaissable par des boutons rougeâtres, la rougeole persiste dans la province. L’organisation internationale non-gouvernementale Médecins Sans Frontières (MSF) a lancé une campagne de vaccination contre cette maladie à Dungu, dans le District du Haut Uele. Cette campagne vise près de 24 000 enfants âgés de 6 mois à 15 ans. En janvier, MSF a vacciné 11 000 enfants de la ville de Faradje où près de 200 cas de rougeole avaient été enregistrés lors du dernier trimestre de 2011. La campagne de vaccination est conduite avec les autorités congolaises et s’achèvera le 11 février prochain. En 2011, plus de 131 000 cas de rougeole ont été enregistrés à travers le pays, selon l’Organisation Mondiale de la Santé.

Les campagnes de vaccination de MSF figurent parmi les actions menées par les travailleurs humanitaires pour répondre aux besoins humanitaires Cependant dans l’ensemble, la réponse n’a pas permis de juguler ces crises, en raison des défis sécuritaires et logistiques ; l’absence de partenaire sur le terrain, ou souvent, l’absence de médicaments.

Le Plan d’action humanitaire (PAH) 2012 de la RDC représente la stratégie commune des organisations humanitaires, notamment les agences des Nations Unies et les organisations non gouvernementales, pour répondre de manière coordonnée aux nombreux besoins humanitaires des populations et redonner espoir aux familles et communautés dont les vies et les moyens de subsistance ont été affectés par des conflits, des épidémies, des catastrophes naturelles, ainsi que par l’indisponibilité des services sociaux de base.

Dans un contexte où le calendrier électoral et la crise sécuritaire dans le Nord Kivu et Sud Kivu dominent l’actualité, la Province Orientale nécessite une attention accrue. Il est primordial que les autorités congolaises – premières responsables du bien-être des Congolais – puissent s’investir de manière conséquente dans la réponse à cette crise sanitaire et créer les conditions pour faciliter le travail des acteurs humanitaires. Le Plan d’Action Humanitaire 2012 a été lancé le 1 février à Bukavu par le Coordonnateur humanitaire Fidele Sarassoro pour une enveloppe totale de 718 millions de dollars. Depuis des années, des millions de Congolais se tournent vers la communauté humanitaire pour leur survie.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.