La Force de la Monusco invite les communautés en Ituri à dialoguer pour la paix

Bunia, le 11 août 2017 – Le commandant adjoint de la Force de la Monusco, le général Major Bernard Commins, invite les communautés de la province de l’Ituri à dialoguer pour la paix.

«Il faut que le dialogue existe et qu’il ne s’arrête jamais. Il faut que les uns et les autres aient le courage, parfois la volonté de pouvoir se parler, de pouvoir prendre le temps de s’écouter, de vouloir prendre le temps d’écouter quelles sont les différences, quelles sont les difficultés que les uns et les autres perçoivent. Que les uns et les autres aient la volonté d’identifier ensemble quels sont les voies et les moyens à utiliser pour arriver à résoudre ensemble les difficultés», a affirmé le numéro 2 de la force onusienne, en visite de travail du 8 au 10 août 2017 dans cette province de l’est de la RDC.

La mission de Bernard Commins en Ituri consistait à dire aux acteurs locaux ce que la Force de la Monusco fait et continuera à faire dans cette province.

«Notamment, aider les populations, les protéger et aussi essayer de voir comment nous pouvons mieux développer ces mécanismes qui existent déjà, à savoir, les mécanismes d’alerte rapide, de dialogue qui vont aider à créer plus de stabilité et aussi de voir avec les acteurs sur le terrain comment nous pouvons aider, mais surtout déterminer le niveau d’implication de ses acteurs», a-t-il souligné.

Ainsi, Commins a rencontré tour à tour le Gouverneur de la province, le commandement des FARDC, ses collègues de la Monusco, les chefs des congrégations religieuses et les délégués de la société civile.

La question majeure soulevée au cours de ces rencontres est l’insécurité causée par le groupe armé Force de résistance patriotique de l’Ituri (FRPI) dans le sud du territoire d’Irumu et la recrudescence des groupes armés en général.

Face aux différentes interrogations sur la stratégie de la Monusco en soutien aux FARDC pour mettre fin à ces phénomènes récurrents, le générale major Commins a rappelé le mandat de protection des civils de la Monusco dans le contexte de la revue stratégique de cette mission qui fait qu’elle intervient selon les moyens que lui accorde le conseil de sécurité de l’ONU.

Sur la question de la FRPI Commins soutient «qu’il n’y a pas d’avenir dans la violence. Ce n’est pas avec la violence qu’on construit un pays et qu’on aide une communauté à se développer. Ce n’est pas à travers la violence que des jeunes filles et des jeunes garçons iront à l’école pour s’éduquer et s’instruire pour construire ce pays, leur communauté, leur ville, leur village, leur province. C’est plutôt en apportant chacun un peu de paix.»

Laurent Sam Oussou