L'émancipation des femmes éradiquera la faim en RDC

Report
from World Food Programme
Published on 08 Mar 2014 View Original

*KINSHASA – Chaque année, le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies (PAM) fournit de la nourriture à plus de 11 millions d’écolières afin de les aider à rester scolarisées, ainsi qu’un soutien nutritionnel spécialisé à environ 3 millions de femmes vulnérables. Cette année, à l’occasion de la journée de la femme (8 mars), le PAM célèbre le fait que l’émancipation des femmes puisse stimuler les efforts mondiaux pour mettre un terme à la faim. *

« Donner aux femmes le pouvoir de faire des choix est l’un des premiers pas vers un monde sans faim » a déclaré la directrice exécutive du PAM Ertharin Cousin. « Partout où travaille le PAM, les femmes sont au centre des programmes qui s’attaquent à l’insécurité alimentaire et la malnutrition. Nous travaillons avec des fermières, des commerçantes, des femmes nutritionnistes, des cuisinières scolaires, et nous servons à manger à des millions d’écolières, de femmes enceintes, et de mères allaitantes. »

Cette année, le thème des Nations Unies pour la journée de la femme souligne que « l’égalité pour les femmes est un progrès pour tous. ». Le programme ‘Achat au service du Progrès’, ou P4P (Purchase for Progress), est un exemple d’un programme du PAM qui met l’accent sur l’avancement des femmes. Cette initiative aide les petits agriculteurs, et notamment les femmes, à devenir des acteurs compétitifs sur le marché en produisant et vendant des aliments pour les programmes du PAM.

Sophie âgée de 35 ans est fermière et membre de l’association ‘Mungu Utushindie’ (que Dieu nous accorde la victoire, en Swahili, la langue locale) une organisation paysanne soutenue par le programme P4P, à Kabalo, dans la province du Katanga, qui regroupe une trentaine de membres. Cette coopérative cultive du niébé, du maïs et du riz. Sophie, comme la plupart des femmes, qui bénéficient de l’appui du programme, ne savait ni lire ni écrire son propre nom. Elle était l’objet de moqueries, y compris de la part de son propre mari.

Après environ trois mois d’apprentissage du Français, Sophie a été en mesure de pouvoir s’exprimer en Français et d’écrire convenablement son nom. Contente de cette formation, elle affirme: « L’alphabétisation mène au progrès. Je dois poursuivre ma formation afin de pouvoir m’exprimer couramment et écrire correctement. Je suis très reconnaissante aux initiateurs de ce programme car il nous donne la possibilité de prendre plus de responsabilités dans la gestion du projet. »

En République Démocratique du Congo (RDC), dans le cadre de l’autonomisation des femmes, le PAM met en œuvre des activités telles que ‘Vivres pour la formation’ (alphabétisation, couture, boulangerie, etc.) et ‘Vivres contre travail’ (étangs piscicoles, multiplication de semences, etc.) en faveur des femmes victimes de violences sexuelles. Ces dernières reçoivent une assistance alimentaire pendant la durée de leur formation ou de leur travail. Ces activités visent à doter les femmes de capacités pouvant leur permettre de créer elles-mêmes leurs propres moyens de subsistance.

« Le PAM apporte son soutien, notamment, aux femmes victimes de violence sexuelle après leur traitement. A cause de la stigmatisation dont elles font l’objet, ces femmes s’intègrent difficilement. C’est pour cette raison que le PAM les accompagne dans des activités génératrices de revenu, pour les rendre plus autonomes et à même de jouer un rôle important dans la société » déclare Martin Ohlsen, Directeur Pays du PAM en RDC.

Un rapport de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture, l’agence sœur du PAM, estime que la réduction des écarts de genre dans l’agriculture grâce à davantage de ressources disponibles pour les femmes permettrait de faire baisser le nombre de personnes qui ont faim dans le monde à environ 100 millions. Le rapport sur la Situation Mondiale de l’Alimentation et de l’Agriculture 2010-2011 indique que les femmes n’ont pas accès aux terres, au crédit, aux outils, et aux graines qui pourraient stimuler la production agricole.

Le PAM est la plus grande agence humanitaire au monde pour la lutte contre la faim dans le monde. L’année dernière, l’aide alimentaire du PAM a atteint plus de 90 millions de personnes dans 80 pays. Suivez nous sur Twitter @wfp_media et @WFP_FR

Pour plus d’informations, veuillez contacter (adresse email: prénom.nom@wfp.org) :

Claude Kalinga, WFP/Kinshasa, Mob. +243 81 700 6714
Djaounsede Pardon, WFP/Goma, Mob. +243 81 700 6841
Emilia Casella, WFP/Rome, Tel. +39 06 6513 3854, Mob. +39 347 9450634
Gregory Barrow, WFP/Londres, Tel. +44 20 72409001, Mob. +44 7968 008474
Elisabeth Byrs, WFP/Genève, Tel. +41 22 917 8564, Mob. +41 79 473 4570
Bettina Luescher, WFP/New York, Tel. +1-646-5566909, Mob. +1-646-8241112