Déclaration de la fin de l’épidémie de Fièvre Hémorragique à Virus Ebola survenue dans le District Sanitaire du Haut-Uélé Ouest, Province Orientale, RD CONGO

Report
from Government of the Democratic Republic of the Congo
Published on 26 Nov 2012

Chers compatriotes,

Le 17 Août dernier, en conformité avec le Règlement Sanitaire International et au nom du Gouvernement de la République, J’ai officiellement déclaré l’épidémie de Fièvre Hémorragique à Virus Ebola, survenue à Isiro, Chef-lieu du District Sanitaire du Haut-Uélé, à environ 570 kilomètres au Nord-est de Kisangani, capitale de la Province Orientale.

Cette épidémie a impliqué les Zones de Santé voisines au regard des activités de la Riposte entreprise par le Ministère de la Santé Publique. Ainsi. Les Zones de Santé de Viadana, Rungu, Pawa et Dungu ont aussi été concernées par cette épidémie et ont eu à s’impliquer dans la lutte contre la 5eme Epidémie de Fièvre Hémorragique Virale de Ebola que le pays vient de connaitre.

Dès l’annonce de l’épidémie et face à l’ampleur prédictible de l’épidémie, sous l’impulsion de Monsieur le Président de la République, Son Excellence Monsieur Joseph KABILA KABANGE, le Gouvernement de la République, dirigé de main de maitre par Son Excellence Monsieur le Premier Ministre Augustin MATATA PONYON MAPON, a mobilisé et mis les ressources nécessaires à la disposition du Ministère de la Santé Publique en vue d’organiser sans délai la riposte efficace contre l’épidémie.
En conséquence, le Comité National de Coordination de la lutte contre l’épidémie de la Fièvre Hémorragique Virale de Ebola a été formellement créé et institué par Arrêté Ministériel n° 1250/CAB/MIN/SP/006/CJ/OBH/2012 du 23 Aout 2012 pour coordonner la réponse nationale à l’épidémie de Fièvre Hémorragique Virale de Ebola et assurer la mobilisation sociale et des ressources ainsi que l’information de la population Congolaise sur l’évolution de l’épidémie et les attitudes protectrices à adopter pour enrayer la propagation de celle-ci.

Ainsi, sous le leadership du Ministre de la Santé Publique, votre Humble Serviteur qui vous parle en ce moment,

  • le Comité National de Coordination de la lutte contre la Fièvre Hémorragique Virale de Ebola,

  • Le Comité Provincial de Coordination, Province Oriental et,

  • Le Comité Local de Coordination d’Isiro, se sont retrouvés tous les jours ouvrables à 15 Heures, en réunions techniques respectivement à Kinshasa, à Kisangani et a Isiro pour suivre et discuter de l’évolution de la riposte organisée contre cette épidémie.

    Vu la pluridisciplinarité et le haut niveau de l’expertise internationale venue de part le monde entier, assister notre pays dans cette lutte et ayant très courageusement préféré travailler sur le terrain de l’épidémie à Isiro, le Comité National de Coordination m’a demandé de designer le Comité Local de Coordination de la lutte contre l’épidémie à Isiro comme Comité International de Coordination Technique et Scientifique (CICTS) de lutte contre la fièvre hémorragique à virus Ebola dans le district de Haut Uélé à Isiro.

Plusieurs activités de riposte ont été menées par le Ministère de la Santé Publique avec l’appui de ses partenaires (OMS, UNICEF, CDC/Atlanta, MSF Belgique et Espagne, PHAC, USAID/Predict, la Fédération de la Croix Rouge etc. Il s’agit notamment des principales activités suivantes :

  • La mise en place du centre de traitement d’Ebola (CTE) à l’Hôpital General de Référence d’Isiro ;

  • L’installation du laboratoire de Diagnostic Rapide du Virus d’Ebola à coté du Centre de Traitement d’Ebola pour faciliter la confirmation rapide des cas ;

  • La surveillance par suivi journalier pendant 21 jours de chaque personne contact de tout cas suspect ou probable d’Ebola, pour la prévention d’éventuelle contamination et de la propagation de la maladie ;

  • La recherche active des malades pour une prise en charge médicale appropriée au Centre de Traitement d’Ebola ;

  • Les campagnes de communication et de sensibilisation de la population pour la prévention et l’acceptation d’Ebola ;

  • La tenue des sessions de formation des acteurs de terrain parmi lesquels le personnel soignant, le personnel d’hygiène et assainissement, les relais communautaires, les leaders religieux et d’opinion, y compris les Autorités Politico-Administratives ;

  • La prise en charge psychosociale des victimes d’Ebola et de leurs familles ;

  • La distribution des kits de médicaments essentiels, de matériels de protection et de désinfection dans les formations sanitaires des zones de santé affectées par l’épidémie.

Au 11 octobre 2012, date marquant la notification du dernier cas confirmé, le Comité International de Coordination Technique et Scientifique, appuyé par les sous commissions œuvrant sur terrain, a enregistré 195 patients ayant répondu à la définition des cas.

Après analyses épidémiologiques et de laboratoire, et après croisement des bases des données tenues par différents postes, le CICTS a retenu le bilan de 62 cas enregistrés parmi lesquels 36 cas confirmés au laboratoire, 21 probables et 5 suspects; ainsi que 34 décès.

Au total, 797 personnes contactes ont été suivies pendant 21 jours chacune et 242 échantillons ont été prélevés et examinés dont 36 personnes été déclarées positives soit à la PCR ou positives à la fois aux IgM et aux IgG.
Plus détaillés, ces chiffres se présentent comme suit, sur l’ensemble de 36 cas confirmés positifs au laboratoire :

où 27 soit 75% ont été des sujets de sexe féminin ;

où 2 soit 5,5% ont été des enfants âgés de moins de 14 ans ;

où 8 soit 22% ont été professionnels de santé.

Depuis le 11 Octobre 2012, aucun autre nouveau cas confirmé de FHV Ebola n’a été enregistré dans le district du Haut Uelé ni dans le District Sanitaire voisin du Bas Uélé ou des alertes ont aussi été rapportées de temps en temps.

De ce fait et comme l’exige la réglementation sanitaire en matière de surveillance des FHV, après avoir observé pendant une période de 42 jours soit 2 fois 21 jours sans qu’aucun nouveau cas confirmé soit enregistré, le Ministère de la Santé Publique déclare ce 26 Novembre 2012 la fin de l’épidémie de FHV Ebola, Province Orientale dans le district Sanitaire du Haut Uélé Ouest, en République Démocratique du Congo.

C’est ici l’occasion pour le gouvernement de la République Démocratique du Congo de remercier les pays amis et les partenaires qui nous apporté leurs appuis dans la riposte à cette épidémie, particulièrement l’OMS, l’Unicef, MSF/Belgique et MSF/Hollande, MSF/Espagne, USAID/Predict des Etats Unis d’Amérique, CDC/Atlanta, le laboratoire WINNIPEG du Canada, la Fédération de la Croix Rouge, et spécialement la Coopération Italienne et l’Ambassade de l’Italie en RDC.

Cependant, la fin de l’épidémie annoncée ne signifie pas que la danger est totalement écarté ni que tout est maintenant permis s’agissant des habitudes et attitudes de vie courante.
J’invite toute la population a garder et a pratiquer toutes mesures d’hygiène élémentaire et tous les comportements protecteurs que nous avons recommandées tout long de notre riposte pour éviter de contracter à nouveau cette maladie, et bien d’autres.

Particulièrement, j’attire l’attention des personnels soignants à l’obligation qui leur faite de se protéger au lieu de travail et de respecter l’application des mesures universelles de protection individuelle et de contrôle de l’infection pour lutter contre les infections nosocomiales dans les structures des soins.

Le Ministère de la Santé Publique entend de manière durable renforcer le système sanitaire, la promotion de l’hygiène et le contrôle de l’infection partout dans le pays et dans les structures sanitaires du pays afin d’éviter la récurrence d’un tel phénomène.
Je vous remercie

Dr Félix KABANGE NUMBI MUKWAMPA

Ministre de la Santé Publique