Bulletin d'Information Humanitaire - Province du Sud-Kivu N° 19/14, 28 mai 2014

Faits saillants

  • Misisi : de l’incertitude pour les déplacés et retournés en attente d’assistance
  • Plus de 500 familles déplacées du Maniema reçoivent des articles ménagers essentiels à Shabunda au Sud-Kivu

Contexte général

11 430 personnes déplacées ayant fui les affrontements à Misisi (Territoire de Fizi) en mars et avril, entre l’armée nationale et le groupe armé Mayi-Mayi Yakutumba se trouvent toujours dans les localités de Kalonda-Kibuyu, Kitupa et Lukolo au Maniema à la frontière avec le Sud-Kivu, selon une mission d’évaluation multisectorielle conduite par la Fondation AVSI du 13 au 25 mai. Ces déplacés vivent dans des sites qu’ils ont érigés et dans des familles d’accueil. Le 8 avril, plus de 24 700 personnes s’étaient déplacées de Misisi vers Lulimba (700) et les provinces du Katanga (4 000) et Maniema (20 000) fuyant ces affrontements. Selon AVSI, près de 60% des déplacés se trouvant dans les localités visitées sont retournés à Misisi suite à l’accalmie, mais aussi à l’attaque dont a fait l’objet le site de déplacés de Kalonda-Kibuyu le 3 mai. Cependant, la population retournée demeure dans la peur d’une attaque des Mayi-Mayi Yakutumba, ce qui empêche la poursuite des retours. Les déplacés et les retournés affichent de très fortes vulnérabilités dans le domaine des articles ménagers essentiels, n’ayant pas eu le temps de les amener au moment du déplacement, ou les ayant vendu pour se procurer des vivres. Les élèves déplacés ne vont pas à l’école par manque de moyens, et pourraient ainsi perdre l’année scolaire. Les déplacés n’ont qu’un seul repas pauvre par jour, et la structure sanitaire la plus proche se trouve à 12km des localités visitées. En plus de la protection, les déplacés et les retournés de Misisi ont ainsi besoin d’une assistance multisectorielle.

Selon des sources locales, les 1 895 déplacés de Chulwe à l’ouest de Kabare qui provenaient de Kibanda-Mangobo, Lubimbe et Mayimingi à la fin avril fuyant la réinstallation des Raïya Mutomboki (RM) dans la même région ont commencé à retourner depuis le 23 mai, suite aux conditions de vie difficiles dans le milieu de déplacement, mais aussi parce qu’ils subiraient des exactions de la part des éléments des FARDC qui les accusent d’être des éléments RM. Dans les zones sous influence des RM, 100 000 personnes se sont déplacées durant les 120 premiers jours de cette année, engendrant des besoins humanitaires à couvrir à hauteur de US$ 4,9 millions.

Besoins et réponses humanitaires

Articles ménagers essentiels (AME)

  • L’ONG Agence d’aide à la coopération technique et au développement (ACTED) a distribué du 16 au 21 mai des AME à 507 des 1 200 familles déplacées de la Province du Maniema qui avaient trouvé refuge en février dans la région nord de Shabunda fuyant les affrontements entre l’armée et les Raïya Mutomboki dans les territoires de Kailo et Punia (Maniema), ainsi que les exactions subséquentes des RM. Ce mouvement de population du Maniema au Sud-Kivu lors du premier trimestre a fait de Shabunda le territoire le plus affecté par les déplacements, avec près de 53% des 18 105 personnes qui s’étaient déplacées durant cette période.
UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.