Bulletin d'Information Humanitaire - Province du Nord-Kivu N° 15/13, 30 avril 2013

Faits saillants

• Des enlèvements rapportés dans le Territoire de Beni et plus de 750 incidents de protection enregistrés en une semaine au Nord-Kivu.
• RRMP : Plus de 11 000 ménages assistés en vivres et articles ménagers essentiels au Nord-Kivu et Maniema
• Des taux de non scolarisation dépassent le seuil d’intervention à Vuvu Kirima, une zone de déplacement et de retour dans le Lubero.

Contexte général

De nombreux incidents de protection continuent d’être rapportés hebdomadairement au Nord-Kivu. Selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), 753 Incidents de protection ont été enregistrés du 15 au 21 avril 2013 par les équipes du monitoring de protection dans la Province. Il se dégage une augmentation de 1% de cas par rapport à la semaine précédente (746 cas). Selon les analyses du Cluster Protection, la situation de protection se détériore dans la province suite aux nombreuses exactions commises, d’une part, par des groupes armés dans les territoires de Walikale, Masisi, Lubero et Beni et, d’autre part, par certains éléments de l’armée (FARDC).

Parmi les problèmes majeurs de protection, on cite ceux liés aux droits à la propriété (49%), à la liberté des personnes (25%), à l’intégrité physique (19%), ainsi que des problèmes de violences sexuelles (7%). Les principaux auteurs présumés de ces abus sont des groupes armés (Mayi-Mayi, M23 et FDLR) ainsi que des éléments des forces de sécurité (FARDC et la police nationale). Les territoires ayant enregistrés le plus d’incidents sont Rutshuru, Masisi et Walikale.

Par ailleurs, dans le Territoire de Beni, la société civile rapporte l’enlèvement d’une trentaine de personnes entre les 19 et 22 avril sur l’axe Mbau – Kamango, au nord de la ville de Beni par des groupes armés. Pendant la même période, d’autres enlèvements par des groupes armés ont été rapportés à Nobili (cf. Bulletin hebdomadaire n°14 du 23 avril 2013). La récurrence des enlèvements dans la zone inquiète les habitants d’autres localités au point de provoquer des déplacements de population. Environ 400 ménages auraient fui vers les localités de Kamango et Oicha.

Mouvements de population

• Depuis le 19 avril, près de 1 000 ménages se sont regroupés dans un site spontané à Kizimba (Territoire de Rutshuru). Ces personnes ont fui des exactions commises par des hommes armés dans les localités de Bukombo, Sisa, Muhanga, Karambi, Gashavu, Rutiba, Rurere et Shonyi, à l’ouest de Rutshuru centre. La zone de déplacement est une région endémique de choléra et les déplacés consomment actuellement l’eau de la rivière non chlorée. Les besoins les plus urgents sont notamment l’approvisionnement en eau potable, la construction de latrines et la mise en place de points de chloration.

• Environ 1 000 personnes récemment retournées auraient trouvé refuge autour de la base de la MONUSCO à Pinga au nord-est de Walikale suite aux affrontements le 28 avril entre les miliciens de Nduma Defence of Congo (NDC) de Cheka et ceux de l’Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS) – une coalition de groupes armés.

Besoins et réponses humanitaires

Articles ménagers essentiels (AME)
• L’ONG Concern a démarré, le 23 avril, la distribution d’AME au profit de nouveaux déplacés des camps CCCM de la zone de Masisi Centre (Lushebere, Kalinga, Bihito, Kilimani et Bukombo). Cette assistance cible environ 1 024 nouveaux ménages arrivés entre janvier et mars 2013. La majorité de ces ménages a fui des tensions intercommunautaires et des exactions dont les incendies des maisons au nord de Masisi Centre.

Education
• L’ONG Jesuit Refugee Service (JRS) a distribué, du 22 au 27 avril, 510 Kits scolaires et 185 kits enseignants dans 12 écoles à Kitchanga Centre en faveur des enfants et enseignants victimes des combats entre les FARDC et des miliciens APCLS survenus entre fin février et début mars 2013. L’ONG a également construit, la semaine passée, 12 portes de latrines à l’Institut Bweremana (sud de Masisi Centre, sur l’axe Sake – Bweremana). Cette école était occupée par les militaires FARDC depuis fin novembre 2012 et des mines avaient été jetées dans les anciennes toilettes de l’école.
• Grâce au financement du Pooled Fund, l’ONG NRC, a remis, la semaine passée, des « school vouchers » pour un montant de 14 850 dollars américains aux 11 écoles primaires sur l’axe Rutshuru centre – Bunagana (est de Rutshuru) en faveur de 824 élèves déplacés et retournés qui avaient fui des affrontements entre FARDC et M23 en juillet 2012. D’autres « school vouchers », d’un montant total de 19 650 dollars américains, ont été distribués respectivement 14 écoles de l’axe Kashebere – Kibua (est de Walikale) en faveur de 622 élèves qui avaient fui des combats entre APCLS et NDC en septembre 2012, et à trois écoles de l’axe Kaanja - Mahanga (nord-ouest de Masisi Centre) en faveur de 457 élèves qui avaient fui des affrontements entre les groupes armés Nyatura et APCLS en 2011.
• La Fondation Associazione Volontari per il Servizio Internazionale (AVSI) a distribué, la semaine passée, 6 312 sacs écoliers aux enfants des écoles primaires de Mugunga I et III, Lac vert et Bulengo parmi lesquels 5 915 déplacés et 397 autochtones.

Logistique
• L’ONG Help Age a démarré les travaux de réhabilitation de la route Rumangabo – Chengerero, longue de 45 Km (sud-est de Rutshuru). Cette région est une zone de retour des populations qui ont fui des affrontements entre FARDC et M23 en juillet 2012. Ces populations sont retournées fin novembre après la prise de Goma par le M23. Elles se sont ensuite déplacées lors des accrochages entre les deux factions du M23 en mars dernier. Selon une évaluation menée au début du mois d’avril 2013 par Solidarités International, partenaire du programme de Réponse rapide aux mouvements de population (RRMP), environ 6 368 ménages sont retournés dans les localités de Rumangabo, Kabaya et Gisiza. Des besoins dans presque tous les secteurs auraient été exprimés par ces retournés.

Multisectoriel
• Dans le cadre du RRMP et avec l’appui du Bureau humanitaire de la Commission européenne (ECHO) et de la coopération suédoise (SIDA), les ONG NRC, Solidarités international et Caritas, partenaires de l’UNICEF, ont organisé des foires en articles ménagers essentiels et en vivres en faveur de plus de 11 000 ménages dans les provinces du Maniema et du Nord-Kivu. A Punia, dans le Maniema, 5 768 ménages ont bénéficié des coupons d’une valeur de 100 dollars américains pour les déplacés et 65 dollars américains pour les familles d’accueil. A Munuze Pendekali, dans le Territoire de Beni, 674 ménages déplacés et familles d’accueil ont reçu chacun des bons d’achat de 75 dollars américains. Sur l’axe Walikale – Lubutu, 4 750 ménages ont bénéficié chacun de coupons de 83 dollars américains. Ces bons permettent d’acheter des vivres et des articles ménagers de leur choix selon les besoins.

Besoins non couverts / alertes

Eau, hygiène et assainissement (EHA)
• Dans le camp CCCM de Mweso (13 km nord de Kitchanga, en Territoire de Masisi), les déplacés sont exposés aux risques d’exactions commises par des hommes et groupes armés. Ils parcourent environ trois kilomètres pour puiser de l’eau en dehors du camp. La vétusté d’ouvrages d’approvisionnement en eau (bornes fontaines et autres sources d’eau) serait à la base de ce risque. L’ONG Mercy corps a envoyé une équipe pour s’enquérir de la situation.

Education
• Une évaluation menée par l’ONG NRC / RRMP du 3 au 5 avril à Vuvo Kirima (Territoire de Lubero) a rapporté des taux de non-scolarisation dépassant largement le seuil d’intervention (94,7% pour les retournés et 92,1% pour les déplacés). Vu l’urgence, NRC/RRMP s’est positionné pour des activités d’urgence (foires en articles ménagers essentiels, éducation d’urgence et réhabilitation de salles de classe). En provenance des villages environnants Vuvo Kirima, les déplacés ont fui des incursions à répétition des bandits armés suivies de nombreuses exactions dont des viols et enlèvements. Ils sont arrivés à Vuvo Kirima entre février et avril 2013. Le retour de la population à Vuvo Kirima a commencé à partir de juillet 2012. Il s’observe encore des mouvements de déplacements pendulaires dans la zone.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.