Bulletin d'Information Humanitaire - Province du Maniema N° 20/2014, 20 mai 2014

Faits saillants

  • Les acteurs de santé au Maniema ont besoin de $ 86 000 pour faire face à l’épidémie de la méningite dans la Zone de santé de Lubutu

  • Début de la démobilisation des miliciens Mayi-Mayi Simba dans le Territoire de Lubutu

  • Plus de 1 000 ménages fuyant les affrontements entre l’armée et des milices ont trouvé refuge à Kalima et Beia dans le Territoire de Pangi.

Contexte
L’opération de démobilisation des miliciens Mayi-Mayi Simba dans le Secteur de Bitule,Territoire de Lubutu, a été lancée depuis deux semaines sous la conduite des délégués de la 7ème Région militaire de l’armée congolaise (FARDC), de la MONUSCO/DDR,de la Banque Mondiale et de l'ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature). Cette opération n'est que l'une des étapes d'un long processus qui a commencé depuis plus d'une année en exécution du cahier des charges présenté par ces miliciens. Ce processus avait débuté par la construction à Lubutu et environs des infrastructures sociales de base (écoles, centres de santé,...) grâce à un financement de la Banque de la coopération allemande KFW. Le processus en cours concerne des milliers de personnes, notamment des combattants et leurs dépendants, et prévoit entre autres la réinsertion sociale de non combattants et l’intégration après brassage des combattants au sein de l’armée. L’aboutissement de ce processus pourra instaurer une nouvelle ère de paix dans la partie nord de la Province du Maniema en proie depuis plus d’une décennie aux exactions des Mayi-Mayi Simba.

Par ailleurs, dans le sud du Maniema, la situation des personnes nouvellement déplacées de Misisi (Sud Kivu) qui ont trouvé refuge dans le Territoire de Kabambare (Maniema) ne fait que s’empirer. Après l’attaque du 1er mai qui avait coûté la vie à une personne au site de déplacés de Kalonda-Kibuyu, la société civile rapporte l’incendie de plusieurs maisons à Lukolo et Mwanamumba. Près d’une centaine de ménages auraient perdu leurs abris et tous les articles ménagers essentiels. Cette situation risque d’amplifier la vulnérabilité des déplacés de Misisi et leurs communautés d’accueil dans le Territoire de Kabambare d’autant plus que ces personnes n’ont pas encore été assistées depuis l’arrivée des déplacés vers la fin du mois de mars.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.