Bulletin d'Information Humanitaire - Province du Katanga N°23/14, 16 juillet 2014

Faits saillants

  • Plus de 543 000 personnes déplacées internes et plus de 282 000 retournés
  • Le choléra en baisse.

Contexte général

Plus de 43 000 personnes se sont déplacées au deuxième trimestre (avril-mai-juin) dans la Province du Katanga, portant à plus de 543 000 déplacés actuellement à l’intérieur de la province, selon les dernières estimations de la Commission mouvement des populations de la province. Ce nouveau chiffre représente une hausse minime au chiffre de mars dernier (janvier-février-mars) où l’on dénombrait plus de 500 000 déplacés internes. D’après la CMP, de ce nouveau chiffre, plus de 32 000 personnes se sont déplacées suite aux conflits communautaires entre les pygmées et les Lubas dans les Territoires de Kalemie, Manono et Nyunzu. Les attaques armées représentent la cause majeure de ces déplacements, soit plus de 67% ; 27% autres sont dûs au déplacement préventif et à l’insécurité ; les 6% restants sont attribués aux conflits communautaires dans le District du Tanganyika.

Pour ces trois derniers mois, le Territoire de Manono a enregistré la plus forte augmentation avec plus de 25 200 personnes nouvellement déplacées en raison de l’activisme persistent des combattants Mayi Mayi, dans la partie sud-est du territoire (Kahongo, Kishale, Mpiana et Shamwana) ; le conflit communautaire entre les pygmées et les Luba dans le nord-est de Manono et les incidents de protection perpétrés par les forces de sécurité étatiques à l’endroit des populations civiles. Mitwaba vient en second lieu pour ce deuxième trimestre avec plus de 11 500 nouveaux déplacés. Dans l’ensemble, Pweto reste toujours le territoire qui regorge plus de personnes déplacées internes, soit 35 % du nombre global de la province. Par rapport au retour, Katanga a enregistré un cumul de plus de 282 000 personnes retournées au 30 juin dont plus de 45% vivent à Mitwaba. Il n’existe pas de camp de déplacés au Katanga : 85% des déplacés se trouvent dans des familles d’accueil ; 15% autres se trouvent dans les sites spontanés de Kalemie, Manono, Mitwaba, Moba et Pweto.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.