Bulletin d'Information Humanitaire - Province du Katanga N°20/14, 18 juin 2014

Faits saillants

  • Plus de 3 000 cas d’incidents de protection en cinq mois, près de 50% à Manono
  • Catholic Relief Services lance un projet ciblant les personnes vulnérables dans « le triangle de la mort ».

Contexte

Depuis le début de l’année jusqu’au 31 mai, plus de 3 000 incidents de protection ont été rapportés dans les territoires de Kalemie, Manono, Mitwaba et Pweto, selon le rapport du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Cette situation est le fruit de l’insécurité créée, entre autres, par les Mayi Mayi et les affrontements entre ces miliciens et les Forces armées congolaises (FARDC), le regain du conflit communautaire entre les pygmées et les Luba.

Dans le nord de Kalemie, ce sont les éléments des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) et les Mayi Mayi Yakutumba qui sèment la terreur en fragilisant a situation sécuritaire par des incursions répétées dans les villages situés le long du mont Mitumba (axes Kalemie - Nyunzu et Kalemie-Bendera). Le dernier incident date du 16 juin où un groupe Mayi Mayi Yakutumba venu de Talama, village du Sud Kivu frontalier au Katanga, a pris le contrôle de Butanda, Kabanga, et Kazumba, villages situés à environ 80 km au nord de Kalemie.

Les activités de ces miliciens dans la zone font craindre dans les prochains jours une amplification des incidents sécuritaires et le risque des mouvements des populations. Entre 2011 et 2012, plus de 15 000 personnes venues du Sud Kivu s’étaient déplacées vers le nord de Kalemie, fuyant les exactions de ce même groupe armé et les opérations militaires des FARDC qui s’en ont suivi.

Ce rapport indique que dans ces zones, les viols, meurtres, tortures, recrutement et utilisation des enfants dans les groupes armés ainsi que d’autres violations des droits humains sont monnaie courante. Pour le mois de mai, le Territoire de Manono vient en tête avec plus de 1 400 incidents de protection, alors qu’en avril ce territoire n’enregistrait que 306 cas. Pour le HCR, cela s’explique par l’intensification de l’insécurité à Manono depuis quelques temps.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.