Le gouvernement engage une nouvelle lutte contre les violences aux femmes

Report
from Government of the Republic of Congo
Published on 26 Nov 2012 View Original

Profitant de la journée mondiale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, le gouvernement congolais a lancé le 25 novembre à Brazzaville, par l'entremise du ministre d’Etat, garde des sceaux, ministre de la justice et des droits humains, Aimé Emmanuel Yoka, une campagne nationale de «tolérance zéro maintenant sur les violences sexuelles basées sur le genre».

La République du Congo engage une nouvelle lutte contre les violences aux femmes «Le gouvernement doit mettre en place une batterie de règlementation de nature à rappeler aux hommes que la femme est sacrée, la femme c’est la maternité, c’est le tabernacle... Elle mérite d’être entourée de tous les soins», a-t-il déclaré.

A l'instar des autres pays, au Congo, les femmes sont victimes de toutes sortes de violences (violence sexuelle, sévices corporels) dues aux us et coutumes mais aussi à l’environnement économique qui empêchent ces dernières de les dénoncer auprès des autorités compétentes. Ces violences constituent non seulement un problème de droit, mais aussi de développement.

Ainsi, les ministères de la justice et de la promotion de la femme entendent mettre en place avec l'appui des partenaires, un système de nature à décourager les auteurs des violences à l'égard de la femme. Déjà, dans le cadre de la lutte contre ces violances, le gouvernement a mis en place des unités de prise en charge globale des violences sexuelles dans les hôpitaux de Talangaï et de Makélékélé (6è et 1er arrondissement de Brazzaville), un observatoire des violences faites aux femmes et un réseau des ONG œuvrant dans le domaine.

«J’invite particulièrement les femmes à la prise de conscience et à la valorisation de leurs droits fondamentaux, en brisant le silence coupable dans lequel elles se résignent pour ne pas dénoncer les auteurs des violences», a dit la ministre en charge de la promotion de la femme, Cathérine Ebondza Lipiti.

Lancée simultanément dans les 11 pays de la région des Grands Lacs, cette campagne s'achèvera le 10 décembre prochain. A Brazzaville, le lancement de l'évènement a été précédé d'une marche des femmes organisée.