Tchad : Tableau de bord humanitaire (au 31 décembre 2016)

Infographic
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 01 Mar 2017 View Original

Contexte actuel

La planification humanitaire pour 2016 prévoyait 4,3 millions de personnes dans le besoin dont 1,5 million ciblées pour une assistance humanitaire, reflétant des niveaux élevés de vulnérabilité dans tout le pays. La planification 2017 prévoit 4,7 millions de personnes dans le besoin dont 2,6 millions ciblées pour une assistance humanitaire, ce qui indique une persistance des vulnérabilités dans le pays.

Durant l’année 2016, le Tchad a continué à ressentir l'impact de la crise nigériane dans la région du Lac ainsi que celui des conflits dans les pays voisins (Libye, Soudan et RCA).
Le pays accueillait fin décembre 393 161 réfugiés dont 312 484 réfugiés soudanais arrivés depuis plus de 10 ans, 70 714 réfugiés centrafricains et 8 596 réfugiés nigérians. La région du Lac touchée par la crise nigériane accueillait en décembre 2016, 121 720 personnes déplacées dont 108 476 déplacés internes, 12 920 retournés tchadiens et 324 ressortissants de pays tiers. En outre le pays comptait 101 724 retournés tchadiens de la RCA, installés principalement dans les régions du sud (Logone Occidental et Oriental, Moyen Chari, Mandoul, Salamat) et à N’Djamena dans des sites ou villages d'accueil.

L'insécurité alimentaire et la malnutrition restent un problème chronique dans le pays, notamment dans la bande sahélienne. L'insécurité alimentaire touche environ 2,9 millions de personnes (soit 21% de la population totale) parmi lesquelles environ 500 000 sont en insécurité alimentaire sévère (source: cadre harmonisé nov 2016, période oct-déc 2016), auxquels s'ajoutent également les réfugiés et les retournés (non inclus dans les chiffres du cadre harmonisé). La situation nutritionnelle est également préoccupante, avec des taux de malnutrition aigüe globale supérieurs à 15% (seuil d’urgence) dans 6 des 23 régions, et des taux de malnutrition aigüe sévère supérieurs à 2% (seuil d’urgence) dans 11 régions (source: SMART nov 2016).

Le pays a connu une épidémie de rougeole et des cas élevés de paludisme en 2016 et présente une forte prévalence des maladies à potentiel épidémique telles que le choléra.
Cette situation combinée à une faiblesse du système sanitaire, sont des causes de morbidité et de mortalité accentuées parmi la population, en particulier chez les enfants de moins de 5 ans. Le Tchad occupe le 185e rang selon l'Indice de Développement Humain (IDH 2015), avec quelques-uns des indicateurs sociaux les plus alarmants (espérance de vie de 51 ans, taux de mortalité maternelle de 860 décès pour 100 000 naissances, rapport EDS-MICS 2014-2015).

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.