Tchad : Impacts de la crise de la RCA - Mise à jour N° 01 (du 27 mai 2014)

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 27 May 2014

Ce rapport est produit par OCHA Tchad en collaboration avec les partenaires humanitaires. Il couvre la période du 11 au 27 mai 2014. Le prochain rapport sera publié vers le 3 juin.

Faits saillants

  • En dépit de la fermeture hermétique officielle de la frontière entre la RCA et le Tchad, les rapatriés tchadiens, réfugiés centrafricains et ressortissants de pays tiers (RPT) continuent d'arriver au Tchad.

  • Le nombre de personnes arrivées de la RCA au Tchad, enregistrées depuis la fin 2013 a dépassé les 100 000.

  • Les efforts visant à accélérer la construction de deux nouveaux camps dans le sud du pays sont en cours. Les sites sont en préparation pour accueillir les habitants des sites de transit existants.

  • De graves lacunes dans l'assistance sur les sites de transit demeurent, notamment dans les secteurs d’abris, d’eau, hygiène et assainissement. Cela pose problème, particulièrement, avec la saison des pluies qui s’installe. Le sous-financement continue d'entraver la capacité de fournir la réponse aux besoins vitaux.

  • Le gouvernement a présenté un plan de réponse d'urgence demandant 42,5 millions de dollars américains. La communauté humanitaire prépare un plan opérationnel pour appuyer cela.

101,679
Personnes enregistrées par l’OIM au Tchad venant de la RCA depuis 2013.
(Source: OIM)

62,770
Personnes demeurent dans les sites de transit et les camps.
(Source: OIM)

28,989
Retournés tchadiens transportés à leurs destinations finales.
(Source: OIM)

7,349
Personnes relocalisées au nouveau camp de Danamadja.
(Source: OIM)

685
Abris construits à Danamadja, sur 2,000 prévus.
(Source: HCR)

15 litres
D’eau par personne par jour sur chaque site de transit
(Source: UNICEF)

Aperçu de la situation

Au 19 mai, 101.679 personnes ont été enregistrées au Tchad fuyant les violences en République centrafricaine (RCA) voisine depuis la fin décembre 2013, selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Quelque 62.770 de ces personnes vivent actuellement sur les sites de transit, les sites spontanés et les communautés d'accueil au sud du Tchad et sur le site de Zafaye au quartier Gaoui de N'Djamena.

Plusieurs milliers de personnes supplémentaires sont estimés être arrivées au Tchad depuis décembre dernier mais n’ont pas été enregistrées. Elles étaient arrivées dans des zones sans présence humanitaire permanente. Les rapports des acteurs humanitaires indiquent que plus de 10.000 personnes vivant dans des communautés d'accueil, dans les différents villages des régions du Logone Oriental et du Mandoul, le long de la frontière avec la RCA et bien d’autres, auraient rejoint les camps des refugiés et les communautés existants. De plus, les autorités ont signalé la traversée de la frontière d’environ 7.500 personnes de la RCA dans la région du Salamat. Une mission de vérification menée récemment par le HCR n'a pas pu confirmer ces arrivées.

Au cours des deux derniers mois, le rythme des nouvelles arrivées a diminué à moins d'une centaine de nouveaux enregistrements par jour, comparé aux 3.000 personnes au pic de la crise en début janvier. Cependant, les récents affrontements entre groupes armés de l’autre côté de la frontière centrafricaine ont, à maintes reprises, poussé jusqu'à 700 personnes à traverser la frontière, par jour, vers le Tchad.

Les acteurs humanitaires signalent la présence d'un grand nombre de personnes déplacées internes (PDI) le long de la frontière, au nord de la RCA. Ces personnes vivent dans des conditions de vie d’extrême précarité. L'accès à ces personnes reste extrêmement difficile à partir de la RCA en raison des problèmes de sécurité. Les opérations transfrontalières pour assister ces personnes à partir du Tchad, sont également limitées dues au manque de ressources.

Avec les pluies en cours, et étant donné le manque de services, les professionnels de la santé sur les sites font état d'une augmentation significative des cas de diarrhée et de paludisme coïncidant avec le début de la saison des pluies. A Danamadja, 24 pour cent des 500 consultations par semaine en moyenne sont des cas de paludisme et 14 pour cent des infections respiratoires aiguës. A Doyaba, le paludisme représente 16 pour cent de toutes les consultations hebdomadaires, 785 en moyenne, suivi des infections respiratoires aiguës (14%) et de la diarrhée (9%). En moyenne, le centre de santé de Doyaba a traité 785 patients par semaine au cours des quatre dernières semaines.

Citant des raisons de sécurité après les attaques armées en provenance de la RCA au Tchad, le Gouvernement du Tchad a fermé hermétiquement la frontière avec la RCA le 12 mai et a renforcé les forces de sécurité à la frontière. Officiellement, seuls les rapatriés tchadiens peuvent rentrer au pays, même si, des sources humanitaires, les Centrafricains et ressortissants des pays tiers peuvent encore traverser en sécurité au Tchad. Les retours en RCA ne sont cependant plus autorisés.

Le gouvernement du Tchad a décidé de fournir, sans conditions, des actes de naissance pour chaque enfant né sur les sites de transit. Ceci est important pour l'accès aux services sociaux de base dans les destinations finales que ce soit au Tchad pour les migrants tchadiens retournés ou en RCA pour les réfugiés actuels.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.