Rapport sur la situation humanitaire au Tchad, du 27 janvier au 10 février 2009

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 10 Feb 2009
Faits majeurs

- Environ 10 000 nouveaux réfugiés centrafricains arrivés dans le Salamat au sud-est;

- Opérations conjointes de fouille menées par le DIS et UNPOL dans le camp de réfugiés de Am Naback, à l'est;

- Persistance des cas de rougeole à l'est;

- L'appel de fonds humanitaire pour le Tchad de 2009 financé à 31%.

Contexte

La situation sécuritaire reste marquée par les actes de banditisme à mains armées perpétrés surtout à l'est du pays. Les humanitaires sont souvent ciblés par ces incidents. Nonobstant cette situation d'insécurité, les acteurs humanitaires poursuivent leurs activités sur le terrain sauf au camp de réfugiés d'Am Naback, dans le nord-est, o=F9 les activités sont réduites depuis quatre mois à la suite du constat de faits portant atteinte au caractère civil et humanitaire du camp. Les autorités et les acteurs humanitaires collaborent, sans cesse, pour créer les conditions de la reprise des opérations dans ce camp qui héberge plus de 16 000 réfugiés. A cet effet, le Détachement Intégré de Sécurité (DIS) et la police des Nations Unies ont mené, le 30 janvier 2009, une opération conjointe de fouille dans le camp d'Am Nabak. Cet exercice a permis la saisie de matériel interdit, notamment des tenues militaires, des chargeurs ainsi que des munitions. Il s'agit de la première opération de ce genre effectuée par le DIS .

L'arrivée des réfugiés centrafricains dans le sud-est du Tchad constitue une nouvelle donne dans le contexte humanitaire du pays. Jusque-là, les réfugiés centrafricains (environ 57 000) se dirigeaient vers le sud du pays tandis que les soudanais du Darfour (environ 250 000) s'installaient dans la zone est.

Situation humanitaire

Protection et Mouvement de populations

Environ 10 000 nouveaux réfugiés centrafricains dans le sud-est du Tchad

L'insécurité dans le nord de la République Centrafricaine a causé l'afflux de réfugiés vers le Tchad notamment dans la région du Salamat au sud-est. Les réfugiés sont installés à Daha centre, à moins d'un kilomètre de la frontière de la Centrafrique, et aux alentours. Selon les autorités, le nombre de ces réfugiés serait passé de 4 500 personnes à près de 10 000 entre le 28 janvier et le 4 février 2009. Environ 60 à 70% des réfugiés sont des femmes et des enfants d'o=F9 la nécessité de veiller sur d'éventuels cas de violences basées sur le genre.

Une mission inter-agences, conduite par les Nations Unies (UNHCR, UNICEF, PAM, MINURCAT) et la Commission Nationale d'Accueil et de Réinsertion des Réfugiés (CNAR) a eu lieu, le 28 janvier 2009, dans la sous-préfecture de Daha. Cette mission avait pour objectif d'identifier les actions prioritaires pour la réponse aux besoins des réfugiés.

Il ressort du rapport de cette mission que les conditions de vie des réfugiés sont actuellement très précaires et qu'il y a un besoin urgent d'assistance en vivres, médicaments, eau potable, latrines et bâches.

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.