Fièvre jaune au Tchad

Report
from World Health Organization
Published on 14 Feb 2013 View Original

14 février 2013 - Le ministère de la Santé du Tchad va lancer une campagne de vaccination massive contre la fièvre jaune à partir du 22 février 2013, suite à la confirmation par l’Institut pasteur de Dakar (Sénégal), laboratoire régional de référence de l’OMS pour la fièvre jaune, de deux cas de cette maladie dans les districts de Goz Beida et de Guereda, en décembre 2012.

Ces cas ont été identifiés dans le cadre du programme national de surveillance de la fièvre jaune, dont l’activité avait été renforcée en réponse à une flambée de la maladie dans la région frontalière du Darfour (Soudan). Par ailleurs, 139 cas suspectés et 9 décès ont été signalés au Tchad, grâce à cette surveillance renforcée.

La campagne de vaccination d’urgence aura lieu dans les districts de Goz Beida, de Guereda et d’Adré, tous trois limitrophes du Darfour (Soudan). Elle doit couvrir plus d’un million de personnes, y compris les habitants des camps de réfugiés de la région, et est soutenue par le ministère de la Santé du Tchad, le Groupe international de coordination pour l’approvisionnement en vaccin antiamaril (GIC1), et l’Alliance GAVI.

1 Le GIC est un partenariat qui gère une réserve de vaccins antiamarils pour les interventions d’urgence, sur le principe d’un fonds de roulement. Il est représenté par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Médecins Sans Frontières (MSF), la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) et l’OMS, qui fait également fonction de secrétariat. Le stock a été créé par l’Alliance GAVI.