Bulletin humanitaire République centrafricaine Numéro 18 | Décembre 2016

Report
from UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs
Published on 23 Dec 2016

FAITS SAILLANTS

  • Le Plan de réponse humanitaire de 2017 prévoit d’apporter une assistance humanitaire à 2,2 millions de personnes.

  • Les Nations Unies restent mobilisées pour que la Centrafrique ne soit pas une crise oubliée

  • La recrudescence de la violence en Centrafrique a fait plus de 70 000 nouveaux déplacés

CHIFFRES CLÉS

# de personnes déplacées: 434 174

# de réfugiés centrafricains: 466 000

Population ayant besoin d’une aide humanitaire: 2,3 M

Population touchée par l’insécurité alimentaire: 2,5 M

Message du Coordonnateur humanitaire Fabrizio Hochschild

“Faire du rêve des Centrafricains une réalité”

L’année 2016 a ouvert un nouveau chapitre dans l’histoire de la République centrafricaine. L’avènement d’autorités et d’institutions démocratiquement élues en République Centrafrique (RCA), mettant fin à la transition, a suscité un immense espoir. C’est pour nous tous, le signe que le dos est tourné au conflit politique et militaire qui a agité le pays entre 2013 et 2015. Cette dernière avait donné naissance à une crise humanitaire aiguë avec 2,7 millions de personnes dans le besoin sur une population totale estimée à 4,6 millions.

Avec le retour à la légalité constitutionnelle, la Centrafrique a bénéficié d’un regain de confiance et la situation humanitaire a renoué avec des tendances positives dans la première partie de l’année. En effet, le nombre de déplacés est passé de 435 165 en janvier à 384 884 en septembre à la faveur d’une amélioration de la situation sécuritaire. Le reste de l’année a vu le nombre de déplacés augmenter à nouveau en raison d’une nouvelle dégradation de la sécurité dans plusieurs préfectures. Cependant, là où cela a été possible, des efforts ont été entrepris en vue de faciliter et d’encourager un retour sécurisé et dans la dignité. A cet égard, l’engagement des autorités nationales, avec l’appui des partenaires humanitaires, a permis de démarrer la première phase de retour des déplacés du site de M’Poko, situé à la limite de l’aéroport international de Bangui. Il abrite aujourd’hui 28 000 personnes contre plus 100 000 au pire de la crise en janvier 2014.

L’année 2016 tire à sa fin et le bilan de l’action humanitaire est source d’espoir même si le financement n’a jamais été aussi faible pour la Centrafrique. Seulement 36% du Plan de réponse humanitaire de 531,5 millions de dollars a été sécurisé. Je salue la contribution des acteurs humanitaires qui nous a permis de fournir une assistance à plus de 385 750 personnes déplacées malgré les contraintes logistiques et les défis liés à l’insécurité. Grâce à leur dévouement pour sauver des vies, plus de 1,5 millions de Centrafricains ont bénéficié d’une assistance médicale. Le partenariat fort établi avec les autorités sanitaires centrafricaines a aussi été décisif pour contenir l’épidémie de choléra qui menaçait dangereusement de s’étendre à Bangui. Depuis novembre, aucun cas n’a été déclaré.

Conscient que l’avenir repose sur de jeunes générations bien formées, la famille humanitaire n’a ménagé aucun effort pour que 75% des écoles centrafricaines soient fonctionnelles contre 35% en 2014. Avec deux allocations standards de 9,2 et de 12,7 millions de dollars, le Fonds humanitaire, a permis de financer de nombreux projets de réponse d’urgence dans la santé, la protection, l’appui à l’Eau l’Hygiène et l’Assainissement et la sécurité alimentaire.

C’est avec la même force de conviction qu’une réponse appropriée a été apportée aux nouvelles crises humanitaires nées de la recrudescence de la violence dans plusieurs villes, notamment Kaga Bandoro, Bria, Bambari ou encore Koui. Malgré une situation sécuritaire délétère qui a multiplié les zones sensibles, les humanitaires, même s’ils ont réduit leur présence à certains endroits, ont réussi à maintenir l’effectif nécessaire pour venir en aide aux populations vulnérables. Ceci me donne l’occasion de remercier chaleureusement les bailleurs dont les contributions nous ont permis d’accomplir notre mandat.

Si les bailleurs restent engagés auprès de la RCA, les besoins demeurent sous-financés alors que les priorités restent élevées. Le Plan de réponse humanitaire de 2017 qui s’élève à 400 millions de dollars compte apporter une aide à 1,6 million de personnes qui ont encore besoin d’une assistance humanitaire. A l’orée de l’année 2017, j’appelle les donateurs à placer la Centrafrique au centre de leurs grandes priorités. Oublier ou ignorer la situation humanitaire en RCA fait courir le risque de perdre les acquis si durement engrangés et aussi de retomber dans une crise humanitaire plus aiguë. Après le succès rencontré lors de la Conférence de Bruxelles avec une promesse de 2,28 milliards de dollars, il est impérieux de faire en sorte que les annonces de contributions se concrétisent et qu’elles aient dès 2017 un impact positif sur la vie des Centrafricains et des Centrafricaines. Cette nouvelle aube que nous appelons tous de nos vœux ne se matérialiser qu’avec l’apport de tous. Nous pouvons transformer le souhaitab

UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs:

To learn more about OCHA's activities, please visit http://unocha.org/.